Assurances Modef : « Un nouveau produit pour les assureurs »

Terre-net Média

Le 10 juillet, le ministre de l’Agriculture annonçait l’arrivée prochaine d’un nouveau produit d’assurance agricole, multirisques climatiques. Le Modef réagit dans un communiqué à cette annonce.

« Pour le Modef, même assorti de 20 millions de soutiens publics supplémentaires, le contrat socle réglementé par l’Etat n’est pas à la hauteur des attentes :

- les sinistres sont de plus en plus nombreux et de plus en plus destructeurs ;

- les niveaux de remboursement franchise déduite ne couvriront qu’une petite partie des pertes ;

- l’ouverture de cette assurance à la concurrence va multiplier les acteurs et les frais de gestion au détriment des paysans.

La mutualisation des risques avec contrat non obligatoire est de fait limitée et sectorisée.

Le Modef regrette que le ministre ne soit pas sorti de l’ornière de la privatisation engagée depuis une décennie. En effet, pour le Modef, la seule voie possible était celle d’un service public de couverture obligatoire des risques climatiques. Cette couverture des risques serait assurée par une caisse mutuelle calamité agricole financée par les agriculteurs, l’Etat et l’UE, ainsi que le secteur d’aval (Iaa, Gms, négoce…).

Pour le Modef, le service public se justifie par la responsabilité de l’Etat (politique économique) dans les changements climatiques et par les missions particulières de l’agriculture dans la société française (alimentation, environnement, aménagement des territoires).

Le Modef ne comprend pas qu’après avoir ramené dans le giron de la Msa service public, l’Amexa et l’Atexa du Gamex et d’Apria (assureurs privés) pour réduire les coûts de gestion, le ministre fasse le contraire avec les calamités agricoles en ouvrant ce marché et celui demain de l’assurance récolte aux assureurs et banquiers. »


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous