Interdiction du maïs Mon810 « Une interdiction salutaire » pour la Confédération paysanne

Terre-net Média

La Confédération paysanne « se félicite » de la décision du Gouvernement d’interdire la culture du maïs Ogm Mon810 en France.

« La Confédération paysanne le réclamait depuis longtemps, et se félicite donc de la décision, prise ce week-end par le gouvernement, d’interdire la culture du maïs OGM en France », explique le syndicat dans un communiqué.

« Aucune coexistence entre cultures Ogm et non-Ogm n'est en effet possible. Au-delà, il faut donc encore empêcher la Commission européenne d'ouvrir largement les vannes des nouvelles autorisations de cultures Ogm et de rendre ainsi l'interdiction française très rapidement caduque. »

Appel à continuer la recherche publique

Les trois académies d'Agriculture, des Sciences et des Technologies appellent le Gouvernement à « restaurer la liberté de mener des recherches et essais, y compris l’expérimentation en plein champ et sur le long terme, en application des règlementations existantes. »

Les trois structures rappellent que « la recherche publique doit conserver et développer ses capacités d’expertise au service de tous notamment par l’expérimentation ». Pour eux, « l’utilisation des Pgm doit être évaluée au cas par cas avant autorisation dans une approche de type coûts-bénéfices-risques, prenant en compte les différents contextes sociaux, écologiques et économiques. »

« Un rapport de la Fao, en date du 12 mars, montre une augmentation inquiétante de la contamination de la nourriture conventionnelle par des Ogm partout dans le monde. Ceux qui ont annoncé leur souhait de faire annuler cette décision ne peuvent plus cacher leur volonté de supprimer le droit des paysans et des citoyens de produire et de consommer sans Ogm. »

« L'agronomie suffit »

« Qu’il s’agisse des assauts successifs des promoteurs des Ogm, ou des offensives plus discrètes pour faire passer les variétés résistantes aux herbicides (VrTH), "Ogm cachés", ou encore des modifications de la réglementation afin de laisser la question des semences aux seules mains des industriels, nous ne sommes pas dupes ! L’agronomie et les rotations de cultures suffisent parfaitement à lutter contre les parasites et les "mauvaises herbes". Le gouvernement doit conforter sa décision de ce week-end en affirmant un positionnement clair sur ces questions. »


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous