Ceta Une lettre ouverte à François Hollande contre le Ceta

Terre-net Média

La Confédération paysanne adresse une lettre ouverte à François Hollande pour l'inciter à renoncer à la signature du Ceta et aux négociations des autres traités de libre-échange en cours.

« Vous allez sacrifier l'agriculture en échange de l'accès aux marchés publics canadiens des services », prévient la Confédération Paysanne dans la lettre ouverte qu'elle adresse au président de la République français. « Les paysannes, les paysans et les territoires ruraux qu'ils font vivre importent-ils si peu à vos yeux pour que vous ratifiiez un accord qui aliène encore plus notre agriculture aux marchés internationaux ? »

La Confédération paysanne dresse une nouvelle fois la liste des conséquences qu'aurait le Ceta sur la production française, notamment bovine et porcine : « L’accord avec le Canada, en permettant l’importation de dizaines de milliers de tonnes de viande sans droit de douane, dégradera plus encore la situation de ces productions : il poussera de nouveaux paysans à la faillite et accroîtra la pression à l'industrialisation ». « Ratifier le Ceta, c'est choisir la politique du pire pour notre élevage. »

Le syndicat s'inquiète aussi des « menaces qui pèsent sur notre agriculture et notre alimentation » et qui « n'apparaissent pas explicitement dans l'accord », évoquant « la perversité du Ceta ». « C'est donc bien un accord provoquant l’industrialisation de l’agriculture, des pertes d'emploi, la disparition des savoir-faire locaux, et la dégradation de notre santé et de notre environnement auquel vous vous apprêtez à donner votre aval », prévient encore la Confédération, qui appelle François Hollande à « stopper la signature du
CETA, et tous les accords de libre-échange en cours qui se négocient sur les mêmes bases et sont liées les uns aux autres ».


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous