Pac, plan d’urgence, normes Xavier Beulin: « Passer d’une politique de moyens à une politique de résultats »

Terre-net Média

Après l’accueil sans précédent de Stéphane Le Foll au congrès de la FNSEA, Xavier Beulin revient sur les innombrables dossiers pour lesquels le syndicat n’est pas satisfait. Le président de la FNSEA appelle à passer d’urgence d’une politique de moyens à une politique de résultats ».

Xavier Beulin (©Terre-net Média)

« On n’en veut pas à Stéphane Le Foll en particulier, on en veut au ministre de l’agriculture. » Lors d’une rencontre avec la presse, Xavier Beulin est revenu sur l’épisode épique du congrès de la FNSEA à Laval, où le ministre a reçu un accueil très chahuté, et surtout sur les multiples griefs du syndicat à l’encontre de l’action ministérielle. Le président de la FNSEA estime que « le ministre de l’agriculture ne fait pas son job » pour suivre ses équipes dans la mise en œuvre des décisions prises. « Un ministère, c’est comme une entreprise. Il faut faire appliquer les décisions par les responsables des services. »

« Les paysans se sentent incompris voire méprisés. Lors du congrès à Laval, ils ont exprimé à l’égard du ministre ce qu’ils ressentent », a-t-il rappelé. Lors du discours de Stéphane Le Foll, sous les huées incessantes des congressistes, Xavier Beulin était resté impassible, justifiant de la même manière le comportement de la salle, qui avait en majorité tourné le dos au ministre.

« Les engagements ministériels n’ont jamais été aussi forts », reconnait-il. Mais parce que la mise en œuvre est « laborieuse et imprécise », il n’est pas possible pour un agriculteur de mesurer la hauteur de ces engagements. « Un agriculteur ne juge pas l’action par mes déclarations ou celles du ministre, mais par ce qu’il reçoit réellement. »

En matière de contraintes et de normes, tout comme sur la finalisation des dossiers Pac et de la mise en œuvre du plan de soutien, « il est urgent de passer d’une politique de moyens à une politique de résultats », a-t-il résumé.

Laborieuse mise en oeuvre du plan de soutien

La FNSEA déplore la mise en œuvre laborieuse des mesures du fonds d’allègement des charges et de l’année blanche. « Les consignes ne sont pas données localement et il n’y a pas de concertation avec la profession ». Le cahier des charges adossé à l’extension de l’année blanche aux exploitations hors élevage, rendrait la mesure « inopérante ». Et que dire de la mise en œuvre de la Pac. « Les aides 2015 n’ont pas encore été toutes versées et le ministre continue de soutenir qu’il n’y aura pas besoin de délai supplémentaire pour faire les déclarations 2016. » Le syndicat déplore des difficultés de connexion à Telepac et, avec le nouveau registre graphique, l’incompatibilité de certaines données avec celles enregistrées sur des logiciels de gestion parcellaire. « Nous ne sommes toujours pas certains de percevoir les soldes des aides 2015 d’ici la mi-juin. »

Selon la FNSEA, un total de 80 millions d’anomalies était à corriger pour la Pac 2015. « Les DDT sont noyées », déplore le syndicat.

Pour passer d’une politique de moyens à une politique de résultats, la FNSEA attend beaucoup du comité d’élaboration des normes. Le syndicat souhaite, entre autres, qu’on revienne sur la définition des zonages environnementaux. « Une exploitation peut être soumise à une dizaine de zonages différents ! » Qu’ils soient environnementaux, sociaux ou territoriaux, les chantiers prioritaires seront listés par le comité d’ici la fin avril.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous