Acapela Soft Control de DuPont
Le biocontrôle réussit son entrée sur le marché des fongicides colza

Acapela Soft Control associe fongicide de synthèse à demi-dose et micro-organisme pour lutter contre le sclérotinia du colza. Le succès de sa première campagne est de bon augure pour la suite.

Jean-Marc Saurel évoque la performance d'Acapela Soft Control au niveau des références du marché. (©DuPont)<span style="font-size: 14px; line-height: 1.5em; text-align: justify; color: #000000;"> 
Jean-Marc Saurel évoque la performance d'Acapela Soft Control au niveau des références du marché. (©DuPont) 

Jean-Marc Saurel, DuPont
Jean-Marc Saurel évoque la performance d'Acapela Soft Control au niveau des références du marché. (©DuPont) 

Jean-Marc Saurel, chef produit fongicides chez DuPont, dresse le bilan après un an de commercialisation d’Acapela Soft Control. Pour rappel, Acapela Soft Control, utilisé à la chute des premiers pétales du colza en prévention des attaques de sclérotinia, associe une demi-dose de picoxystrobine à Bacillus pumilus. « Il s’agit du premier micro-organisme à action fongicide directe en végétation commercialisé contre sclérotinia. Acapela Soft Control combine fongicide de synthèse et bioncontrôle pour un résultat à + 4,4 q/ha de rendement par rapport à un témoin non traité, équivalent à la référence du marché. » Une application d'Acapela Soft Control revient à 0,5 IFT.

Le biocontrôle sans changement de pratique

En 2015, 100 000 ha de colza, soit 7 % des surfaces, ont été protégés avec Acapela Soft Control. Les agriculteurs l’ayant testé précisent qu’ils n’ont pas eu à changer leurs pratiques pour utiliser ce nouveau produit, soit une application préventive dès la chute des premiers pétales, 6 à 12 jours après l’apparition de la première fleur (Stade F1). Quant aux raisons qui expliquent leur décision d’achat, sont évoqués son efficacité, son profil écotoxicologique et le fait qu’il leur a été conseillé. « Surtout, se félicite le chef produit, 96 % de ceux qui y ont eu recours, sont prêts à réitérer l’expérience et 92 % le recommandent.

Indicateurs au vert pour 2016

Le sclérotinia est la première maladie du colza. 95 % des 1,5 million d'hectares de cultures sont protégés, tous de manière préventive. DuPont attend un déploiement de sa solution sur la prochaine campagne. « Nous visons 200 000 ha protégés soit 14 % des surfaces de colza protégées. À terme, il pourrait représenter un tiers du marché, 500 000 ha. Son niveau d'efficacité associé à son profil écotox ne peuvent que lui être favorables. »

Inscription à notre newsletter
a lire également

Soyez le premier à réagir