Marchés des céréales
Hésitation entre les bonnes perspectives en Europe et les mauvaises aux Usa

Paris, 20 juin 2014 (AFP) - Les cours des céréales européennes n'augmentaient que très légèrement vendredi à la mi-journée, les investisseurs étant rendus hésitants par le contraste entre les bonnes perspectives de récolte en Europe et les mauvaises prévisions aux Etats-Unis.

Les marchés sont « partagés entre des récoltes très médiocres en blé aux Etats-Unis et des perspectives optimistes pour l'Europe, y compris sur le bassin de la mer Noire où les premiers résultats sont encourageants », analyse le cabinet Agritel dans une note. Les agriculteurs ukrainiens « attendent une production en nette hausse par rapport à l'année passée », ajoute Agritel. La récolte a commencé en Ukraine et en Russie, avec 500.000 tonnes de céréales ramassées pour l'instant, rapporte Damien Vercambre de la société Inter-Courtages.

Les exportations de l'Union européenne se sont montrées assez dynamiques la semaine passée, avec 350.000 tonnes expédiées, soit un total de 27,5 millions de tonnes exportées pour la campagne 2013/2014, contre seulement 19 millions l'année précédente. Les investisseurs européens « attendent d'en savoir un peu plus sur les rendements » de la récolte de blé américaine, après des premières remontées pessimistes, ajoute Edward de Saint-Denis de la société de courtage Plantureux et Associés. Les régions américaines productrices de blé ont été touchées récemment par d'abondantes pluies, qui affectent la qualité du blé en train d'être moissonné.

Les cours du maïs européens ne semblent pas influencés pour l'instant par la hausse de jeudi à la bourse de Chicago, où les cours ont été dopés par les pluies dans le Midwest qui ont inondé des champs de maïs tout juste semé.

Sur le plan commercial, le Pakistan et les Emirats arabes unis ont acheté du blé en provenance de la mer Noire, respectivement 90.000 et 120.000 tonnes. En effet, les prix actuels du blé, relativement bas, poussent « certains pays importateurs à revenir se positionner », remarque Agritel. Les blés de la mer Noire sont favorisés par des coûts de fret bas, qui les rendent plus attractifs que la production européenne, ajoute le cabinet.

Vers 12h30 (10h30 GMT) sur Euronext, la tonne de blé gagnait 50 centimes à 188,75 euros sur l'échéance de novembre et 75 centimes sur celle de janvier à 190 euros. Le volume d'échanges était très faible, avec 1.500 lots échangés. Le maïs gagnait 25 centimes à 176,25 euros la tonne sur l'échéance d'août et la même chose sur celle de novembre à 176,50 euros. 300 lots avaient changé de main. En France, sur le marché physique, les prix étaient inchangés par rapport à la veille. 

Inscription à notre newsletter
a lire également
synthèse des indicateurs
marché à terme
  • Blé tendre 03/2022
    +12€/t
    393,75€/t
  • Maïs tendre 03/2022
    -12€/t
    393,75€/t
  • Colza 03/2022
    +12€/t
    393,75€/t
physique
  • Blé tendre 03/2022
    +12€/t
    393,75€/t
  • Maïs tendre 03/2022
    -12€/t
    393,75€/t
  • Colza 03/2022
    +12€/t
    393,75€/t

Soyez le premier à réagir