Chicago hebdo Alors que le soja recule, le maïs et le blé continuent leur progression

AFP

Le cours du soja coté à Chicago a baissé cette semaine alors que des tractations commerciales entre Pékin et Washington sont pour le moment dans l'impasse. Le maïs et le blé ont quant à eux progressé.

Champ de sojaUn important contentieux commercial entre les États-Unis et la Chine joue sur le cours du soja. (©Terre-net Média) Deux jours de négociations menées à Pékin par une délégation américaine de haut rang n'ont pas permis de débloquer substantiellement l'important contentieux commercial entre les États-Unis et la Chine, trois semaines avant l'application attendue de droits de douane punitifs par Washington et la menace de réplique de Pékin, notamment sur ses fortes importations de soja américain. « Le soja est actuellement sous la pression de la signature ou non d'un accord et des commentaires liés à cette question », a commenté Michael Zuzolo, de Global Commodity Analytics. Mercredi, le PDG du géant du négoce des céréales et matières premières agricoles Bunge s'est inquiété du fait que les Chinois « achètent du soja au Canada, au Brésil mais délibérément rien aux États-Unis », bien que le dernier rapport du ministère américain de l'agriculture (USDA) a montré l'achat de 66 000 tonnes de soja américain par la Chine lors de la semaine terminée le 26 avril. Les courtiers étaient de ce fait sensibles au moindre indice de baisse des achats chinois de soja américain, à l'instar de l'annulation par Pékin de 133 700 tonnes commandées aux États-Unis, dévoilée dans ce même rapport.

La tension du marché semblait vive, bien que « cette période de l'année n'est traditionnellement pas propice aux achats de soja américain », a noté Bill Nelson, de Doane Advisory Services. « Les Chinois se tournent davantage vers l'Amérique du sud. » Toutefois, « si cette accalmie dans les achats chinois de soja américain persiste d'ici à la fin du mois de mai, alors cela deviendra plus inquiétant » a affirmé Michael Zuzolo. 

Production en berne

Après une tournée de trois jours dans les zones de production du blé d'hiver américain, un comité d'experts a anticipé de son côté une production totale de blé de 243 millions de boisseaux dans l'État du Kansas, une région affectée par un temps très sec dernièrement. « Si tel est le cas, ce serait la plus faible production du Kansas depuis 1989 », a affirmé la maison de courtage Allendale, ce qui a poussé le prix du blé vers le haut.

Le cours du maïs a également progressé, soutenu, selon Michael Zuzolo, par la nette hausse du cours du blé et par les craintes entourant la progression des semis aux États-Unis. Un rapport hebdomadaire de l'USDA a fait état en début de semaine de semis réalisés à hauteur de 17 % sur le territoire, contre 27 % en moyenne sur les cinq dernières années. Le cours a ainsi atteint cette semaine un plus haut depuis deux ans. Les prix de la céréale pourraient par ailleurs continuer à monter lors des prochaines séances alors que « de fortes pluies pourraient entraver les récoltes en Argentine » la semaine prochaine, a affirmé la société CHS Hedging.

Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en juillet, le contrat le plus actif actuellement, a terminé vendredi à 4,0625 dollars, contre 3,9850 dollars il y a une semaine à la clôture (+ 1,94 %). Le boisseau de blé pour juillet, également le contrat le plus échangé, a clôturé à 5,2625 dollars, contre 4,9850 dollars il y a une semaine (+ 5,57 %). Le boisseau de soja pour la même échéance, le contrat le plus actif, a fini à 10,3675 dollars, contre 10,5625 dollars vendredi dernier (- 1,88 %).

Pour surveiller les évolutions des cours des matières premières agricoles, connectez-vous sur Les marchés agricoles de Terre-net.fr


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous