Chicago Dégringolade du maïs, du blé et du soja après des rapports aux Usa

Afp

Les prix du maïs et du blé ont enregistré jeudi la chute la plus forte autorisée à Chicago, entraînant ceux du soja, sous le coup de deux importants rapports des autorités agricoles américaines concluant que l'offre de maïs et de blé serait plus abondante que prévu.


Les analystes de Morgan Stanley restent sur leur prévisions de hausse des prix pour le maïs et le soja, même si ils
prennent note du fait que ces nouvelles vont probablement mettre la pression sur le maïs dans les jours à venir.
(© Terre-net Média)

Sur le Chicago Board of Trade, le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en septembre a plongé de 30 cents à 6,48 dollars.
Le boisseau de blé à échéance identique a chuté de 60 cents à 6,1425 dollars.
Le contrat de soja à échéance novembre a lâché 29 cents à 12,94 dollars.

« La situation n'est pas aussi grave que ce que l'on pensait »

Les marchés agricoles ont réagi à deux rapports du département américain de l'Agriculture (Usda): l'un sur l'état des stocks, donnant une idée de l'offre actuellement disponible, et l'autre sur les surfaces actuellement cultivées, indication de ce que donnera la production américaine cette année. « On avait un marché du maïs marqué par une offre historiquement faible. C'est toujours le cas, mais la situation n'est pas aussi grave que ce que l'on pensait », a commenté Bill Nelson, de Doane Advisory Services.

Selon l'Usda, les agriculteurs américains ont ensemencé 37,35 millions d'hectares (Mha) en maïs. C'est plus que l'an dernier, mais c'est surtout autant que lors de la dernière estimation publiée par le ministère en mars, alors que les analystes s'attendaient à une révision en nette baisse à cause des inondations qui ont touché depuis le Midwest (centre du pays). Le marché pensait que les inondations avaient poussé les agriculteurs à renoncer à semer du maïs au profit du soja, qui peut être mis en terre plus tard au printemps, voire provoquer des pertes de surfaces cultivables cette année.

« L'Usda a surpris le marché avec des rapports largement négatifs pour les prix »

Autre nouvelle négative pour les cours: les stocks de maïs, comme de blé, sont ressortis en recul, mais plus abondants que prévu, respectivement à 93,22 millions de tonnes et 23,42 millions de tonnes au 1er juin. Maïs et blé ont entraîné le soja dans leur chute, malgré une baisse des surfaces cultivées en oléagineux, à 30,43 Mha, « qui implique que la production sera plus faible qu'anticipé », a observé Bill Nelson. « Ce n'est pas le dernier mot (des marchés): certains vont penser que la surface finale sera moindre après avoir pris en compte les dégâts provoqués par les inondations », a-t-il ajouté. En 2008, année marquée également par une importante montée des eaux dans le nord du Midwest, l'Usda avait été contraint de revoir ses estimations en forte baisse en août.

Le ministère a annoncé au cours de la journée qu'il allait procéder à de nouveaux relevés en juillet dans quatre Etats du nord du pays: Minnesota, Montana, Dakota du Nord et Dakota du Sud. « L'Usda a surpris le marché avec des rapports largement négatifs pour les prix », ont reconnu les analystes de Morgan Stanley. « Pour autant, des questions se posent sur la prise en compte exacte des inondations dans le Midwest dans l'étude sur les surfaces, menée début juin. Nous restons donc sur nos prévisions de hausse des prix pour le maïs et le soja, même si nous prenons note du fait que ces nouvelles vont probablement mettre la pression sur le maïs dans les jours à venir », ont-ils ajouté.

Pour surveiller les évolutions des cours des matières premières agricoles, cliquez sur :

Observatoire des marché de Terre-net.fr


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Contenu pour vous