Agroalimentaire L’excédent commercial reprend des couleurs : + 800 M€ sur quatre mois

Frédéric Hénin Terre-net média

En avril 2010, l’excédent des échanges agroalimentaires français s’élève à 512 millions d’euros. En cumul depuis le début de l’année 2010, le solde dépasse 2,1 milliards d’euros, en hausse de 0,8 milliard.

 


Les exportations progressent, soutenues par le dynamisme
des ventes aux pays tiers.  (© Terre-net Média)
Selon le ministère de l’Agriculture, l’excédent des échanges agroalimentaires français s’élève à 512 millions d’euros en avril 2010. Les exportations progressent, soutenues par le dynamisme des ventes aux pays tiers.

 

Toutes destinations confondues, l’excédent cumulé depuis le début de l’année atteint 2.175 millions d’euros. Cette hausse considérable de 801 millions d’euros par rapport aux quatre premiers mois de l’année 2009, est entièrement due à l’amélioration des échanges avec les pays tiers.

Au recul des achats, s’ajoute le bond des exportations de produits transformés, en particulier les alcools, les vins et champagnes, les produits laitiers et fromages, les viandes de volaille, et le sucre.

Nette progression des exportations et recul des importations

L’excédent des échanges en produits agricoles transformés atteint 413 millions d’euros en avril 2010, soit moitié plus que celui d’avril 2009.
Les exportations progressent de + 6 % par rapport à avril 2009, grâce à la croissance marquée des ventes d’alcools et de produits laitiers, et à une croissance plus modérée des vins.
Sur l’Union européenne, l’excédent (324 millions) est en léger repli par rapport à avril 2009. Cette détérioration est due principalement aux produits bruts. Leurs achats progressent trois fois plus vivement que leurs ventes.

Si les quantités exportées de blé tendre et de maïs augmentent fortement, la valeur de leurs ventes, particulièrement en blé tendre, progresse quant à elle de façon plus mesurée.

C’est pour ces raisons que l’excédent des échanges en produits agricoles bruts s’élève à 98 millions d’euros en avril 2010, soit une baisse de 11 % par rapport à avril 2009. L’alourdissement des déficits en légumes et en produits de la pêche l’emporte sur le retour à l’excédent en oléoprotéagineux.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

Contenu pour vous