Perspectives 2014/15 L’Espagne compte récolter 21,3 Mt de céréales

Terre-net Média

Après une campagne 2013/14 record, avec près de 24,3 Mt de céréales récoltées, la récolte 2014 a débuté en Espagne. Bien qu’en deçà de l’année précédente, elle devrait être supérieure à la moyenne quinquennale. Analyse de FranceAgriMer.

L'Espagne est le premier producteur mondial d'huile d'olives.L'Espagne est le premier producteur mondial d'huile d'olives. (©Terre-net Média)

«Les conditions météo ont été plutôt favorables, même si la sécheresse au centre et à l’est du pays a négativement impacté le potentiel en orge.

Tandis que le Cic avance un chiffre toutes céréales de 21,3 Mt, en recul de 2,8 Mt, le groupe espagnol Cooperativas Alimentarias est plus réservé et prévoit une production de 19 Mt, soit une chute plus de 20 % par rapport au record de la campagne précédente.

La récolte de blé tendre est attendue à 5,7 Mt. Ce volume représente la 3e meilleure récolte depuis 2006, grâce notamment à une rénovation variétale, mais également du fait que 50 % de la production se situe dans des provinces peu touchées par la sécheresse.

La chute du volume de blé dur, estimé à 0,68 Mt pour la campagne 2014/15 contre 1 Mt l’an passé, est principalement le fait de la chaleur et du manque d’eau, notamment dans la province d’Aragón, mais également de la réduction des surfaces (- 17 % par rapport à la campagne 2013/14). Cette baisse serait la conséquence des problèmes qualitatifs rencontrés sur la récolte de blé dur, ainsi que du différentiel de prix avec le blé tendre, pas suffisamment incitatif.

L’orge, bien que mieux répartie sur l’ensemble du territoire espagnol, a particulièrement souffert de la sécheresse, qui a affecté les rendements. Sa production pour 2014/15 est estimée à un peu moins de 7 Mt, soit une chute de près de 30 %.

Enfin en maïs, où les surfaces sont en baisse de 6 %, la production est évaluée à 4,1 Mt, contre 4,3 Mt pour la campagne précédente. Les baisses les plus significatives sont attendues dans les provinces de l’est, en Castilla-León, Castilla la Mancha et Extremadura.

Importations espagnoles : la part de l’Ukraine

L’Espagne est le premier importateur de céréales en Europe. Si la France demeure l’un de ses principaux fournisseurs, on observe depuis quelques années la montée en puissance de l’Ukraine sur ce marché.

Selon les statistiques du commerce extérieur (Eurostat) à 9 mois de campagne (juillet à mars), l’Espagne représente 3,2 Mt soit 37 % des 8,6 Mt de maïs importées dans l’UE. Les principaux fournisseurs de l’Espagne en maïs sont l’Ukraine (2,4 Mt), la France (671.000 t) et le Brésil (451.000 t). L’an passé sur la même période, la France avait exporté 1,1 Mt de maïs vers l’Espagne, et l’Ukraine 2,3 Mt.

En blé tendre, en raison de l’abondante récolte 2013/14 en Europe, l’Espagne s’est principalement approvisionnée en origine communautaire : entre juillet et mars 2014, sur un volume de 2,4 Mt, la France reste le principal fournisseur de l’Espagne avec un volume de 700.000 t, suivie par la Bulgarie avec 694.000 t. L’Ukraine, qui lui avait fourni quelque 847.000 t lors de la précédente campagne, sur même période, est quasi inexistante.

En orge, la chute des importations s’explique par l’excellente récolte 2013/14. La France reste la première origine en Espagne (50.000 t importées entre juillet et mars 2014, soit 50 % du total), suivie par le Royaume-Uni (28.000 t sur la même période). »

Pour surveiller les évolutions des cours des matières premières agricoles, connectez-vous sur :

Observatoire des marchés de Terre-net.fr


D'après FranceAgriMer, note de conjoncture de juin 2014.

© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous