Marché L'incertitude en Ukraine a dopé les exportations américaines de maïs et de blé

Afp

PARIS, 06 mars 2014 (AFP) - Les ventes américaines à l'exportation de maïs et de blé ont explosé dans les derniers jours de février, en plein cœur de la crise ukrainienne.

Les Etats-Unis ont vendu plus de 1,5 million de tonnes de maïs au cours de la semaine achevée le 27 février (les décomptes s'arrêtant le jeudi), selon le rapport hebdomadaire du ministère américain de l'Agriculture (Usda), un chiffre bien supérieur aux attentes du marché, qui tablait sur 600 à 850.000 tonnes selon plusieurs analystes.

Le Mexique a par exemple acheté près de 440.000 tonnes de maïs. Les chargements effectifs de bateaux destinés à livrer les clients des Etats-Unis se sont élevés à environ 1,1 million de tonnes, en hausse de 33 % par rapport à la semaine précédente. « L'incertitude géopolitique autour de l'Ukraine incite les importateurs à acheter en se montrant prudents et à diversifier leurs sources d'approvisionnement », a expliqué à l'Afp Sébastien Poncelet, analyste chez Agritel.

Les Etats-Unis sont le premier exportateur mondial de maïs, suivis par le Brésil et l'Ukraine.

Un autre facteur joue toutefois en faveur du maïs américain : les inquiétudes sur la récolte brésilienne, affectée à la fois par des excès de chaleur et d'humidité. « Ces dernières semaines, on a vu des révisions à la baisse des estimations de récolte », souligne Sébastien Poncelet.

Le blé s'est également bien vendu, avec des ventes atteignant 556.000 tonnes, alors que le marché espérait seulement 250 à 450.000 tonnes et « craignait que la hausse des prix n'aille freiner l'activité export », relève Damien Vercambre de la société Inter-Courtage.

Enfin, les ventes de soja ont elles aussi dépassé les attentes à 772.000 tonnes contre 450 à 750.000 tonnes attendues. Les chargements sont en baisse de 35 % par rapport à la semaine précédente, mais s'élèvent tout de même à 1,17 million de tonnes, en grande partie à destination de la Chine.

Pourtant, le stock de soja de fin de campagne des Etats-Unis arrive en bout de course, alors que l'Amérique du Sud tarde à prendre la relève, à cause de problèmes logistiques notamment.

« Il n'y a toujours pas assez de résiliations » de ventes de la part des pays importateurs, qui permettraient aux Etats-Unis de ne pas se retrouver avec des contrats impossibles à honorer faute de stocks, estime Damien Vercambre.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous