Marchés des céréales L’Union européenne en tête des exportateurs mondiaux de blé

Terre-net Média

L’abondance des céréales disponibles à l’export, la dévaluation de l’euro et le retrait de la Russie des marchés ont favorisé les ventes de blé européen. Analyse de FranceAgriMer.

Moisson bléLe nombre de certificats d'exportation émis par la Commission européenne bât des records. (©Terre-net Média)

« La performance de l’Union européenne à l’exportation cette campagne est générale : le cumul des certificats à l’exportation délivrés entre le 1er juillet et le 31 mars est, par rapport à la campagne précédente à la même date (à 40 semaines de campagne) en hausse notable sur le blé tendre, le blé dur, l’orge et le maïs. Pour le blé, les volumes portent d’ores et déjà sur 25,5 millions de tonnes. »

« Le facteur monétaire a largement contribué à ces résultats et doit être considéré comme un élément majeur du marché mondial cette campagne. En effet, le 8 mai 2014, le président de la Banque centrale européenne s’inquiétait de « l’appréciation de l’euro dans un contexte de faible inflation » et s’apprêtait à lancer une politique d’assouplissement monétaire visant à relancer la croissance économique dans la zone euro. Depuis cette date, à laquelle il s’établissait un peu en dessous de 1,40 $, l’euro a plongé de manière quasi-ininterrompue, jusqu’à atteindre la valeur de 1,056 $ le 16 mars 2015, soit une chute de 24 %. En perdant près d’1/4 de sa valeur, l’euro a considérablement contribué à la compétitivité prix des céréales communautaires exportées sur un marché mondial libellé en dollars.

La mise en place par la Russie d’une taxe à l’exportation sur le blé, effective au 1er février (a priori jusqu’à la fin de la campagne) est un deuxième élément extérieur ayant significativement aidé à l’exportation des céréales communautaires. »

L’UE également un importateur majeur

« Il faut ajouter que l’UE est, cette campagne, également beaucoup plus active à l’importation en blé tendre et en blé dur.

Les importations de blé tendre ne sont connues statistiquement que sur sept mois au moment où nous écrivons, mais donnent néanmoins une bonne indication de la situation (les volumes recensés par les douanes étant de 2 Mt, pour des certificats à 9 mois de 2,2 Mt). Les principaux Etats membres importateurs sont l’Espagne (39 % des volumes) et l’Italie (30 %), suivies par le Royaume-Uni (13 %) et la Grèce (8 %). Les pays fournisseurs sont d’abord l’Ukraine (1 Mt, un volume essentiellement alimenté par le contingent à droit zéro dédié à l’Ukraine, mis en place fin avril 2014), puis le Canada, les Etats-Unis et la Russie (0,4 Mt, 0,2 Mt et 0,2 Mt respectivement). Ainsi, on peut constater la diversité des besoins et des types de blé tendre importés dans l’UE, à la fois fourragers et meuniers. »

Pour surveiller les évolutions des cours des matières premières agricoles, connectez-vous sur :

Observatoire des marchés de Terre-net.fr

D'après FranceAgriMer.

© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous