Céréales La météo américaine prend le pas sur l'Ukraine

Afp

PARIS, 25 mars 2014 (AFP) - Les cours des céréales européennes étaient quasi-stables mardi à la mi-journée, dans un marché davantage préoccupé par la météo américaine que par la crise en Ukraine.

« On est au cœur d'un "weather marker" (séance dominée par des facteurs climatiques, ndlr) où on a l'air de laisser tomber le risque ukrainien car Russie et Ukraine exportent à un très bon rythme », même si les opérateurs continuent de surveiller la situation, a expliqué à l'AFP Damien Vercambre, de la société Inter-Courtage.

Sur Euronext vers 12h40 (11h40 GMT), la tonne de blé perdait 75 centimes à 213 euros sur l'échéance de mai et 50 centimes sur celle de novembre à 205,75 euros. Le volume d'échanges était modéré avec environ 5.700 lots toutes échéances confondues. A la même heure, le maïs était stable sur l'échéance de juin à 186 euros la tonne et perdait 50 centimes sur celle d'août à 191 euros. Quelque 200 lots avaient changé de main.

Mardi, le blé européen a clôturé en hausse dans le sillage de la bourse de Chicago, où les inquiétudes sur la sécheresse dans les zones de production du blé rouge dur d'hiver, l'une des principales variétés cultivées aux Etats-Unis, tirent les prix à la hausse. « Les prévisions de précipitations dans la zone de production (de ce type de blé) restent très faibles sur la semaine », souligne le cabinet Offre et Demande agricole.

Les dernières statistiques publiées sur la qualité du blé américain montrent une baisse de la proportion de blé qualifié de « bon à excellent », avec seulement 33 % dans le Kansas, 17 % dans l'Oklahoma et 11 % au Texas, explique Arnaud Saulais, de Starsupply Renewables.

Toujours à propos du blé, l'Egypte, grand importateur mondial, envisagerait « de créer une zone de libre-échange avec l'union douanière qui regroupe la Russie, la Biélorussie, le Kazakhstan et depuis peu l'Ouzbékistan », affirme le cabinet Agritel dans une note.

Le maïs a quant à lui profité mardi « de la fermeté des cours de l'éthanol », mais reste « sous pression du flot d'importations de la mer Noire », analyse Agritel.

En France, sur le marché de gré à gré, les prix du blé étaient en baisse et ceux du maïs stables par rapport à la veille. 


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous