Oléagineux 2015/2016 La production de colza estimée à 22,1 Mt dans l’Union européenne

Terre-net Média

En colza, la dernière prévision de l’Usda porte à 68,5 millions de tonnes la production mondiale de colza pour 2015. Ces estimations sont en phase avec celles du Cic établies pour la période 2015/2019. Dans cinq ans, le monde produira alors 75 millions de tonnes de colza.

Colza En 2015-2016, l’estimation de la production européenne de colza porte sur 22,1 Mt, soit un recul de 1,9 Mt par rapport à la récolte record de 2014. (©Terre-net Média)

Le soja ne suffira pas pour répondre à la demande croissante de protéines et d’oléagineux. Cultivé dans des régions plus septentrionales que les autres plantes, le colza et le canola feront partie du mix d’oléoprotéagineux dont la planète ne pourra se passer pour couvrir ses besoins.

Le dernier rapport de l’Usda prévoit une production mondiale de colza pour 2015/16 estimée à 68,5 millions de tonnes (Mt). Pour l’Union européenne, l’estimation porte sur 22,1 Mt, soit un recul de 1,9 Mt par rapport à la récolte record de 2014.

Dans sa note de conjoncture trimestrielle, FranceAgriMer précisait que « du fait d’attaques d’insectes sur les cultures, la récolte allemande de colza pourrait être impactée ».

Mais les faibles précipitations en Allemagne et en Pologne n’auraient pas énormément altéré le potentiel de production du colza de l’année. Le début de printemps humide et l’hiver doux avaient favorisé la croissance des plantes.

En Ukraine, des cultures en mauvais état

Pour 2015, les prévisions reposent sur des surfaces ensemencées en colza en baisse de 1,2 % dans l’Union européenne et de 2 % en France par rapport à la campagne précédente. Selon FranceAgriMer, la sole française est d’1,475 million d’hectares. « Les ensemencements de la région Centre restent stables, ceux des régions Champagne-Ardenne et Picardie reculent de 5 %, tandis que les ensemencements de la région Bourgogne perdent 3 % ».

En Ukraine, qui est un des trois plus importants exportateurs mondiaux de colza, la production de colza serait de 1,8 Mt. Les cultures en mauvais état à la sortie de l’hiver n’ont pas pleinement profité des précipitations des mois d’avril et mai pourtant favorables au développement des plantes. L’Ukraine ne pourrait exporter qu’ 1,5 million de tonnes de graines au cours de la prochaine campagne.

La production de colza pour 2015/2016 est en phase avec les prévisions établies à l’horizon de 5 ans par le Conseil international des Céréales (Cic). En 2020, 74,9 MT de colza seraient récoltées, ce qui serait cependant juste suffisant pour couvrir les besoins de la planète.

Ces prévisions reposent sur des rendements en hausse de 2,8 % par an contre 3 % au cours de la période précédente.

Le Canada resterait le premier producteur mondial de canola (17,4 Mt en 2019/2020). L’augmentation de sa production sera d’abord liée à une hausse de la surface implantée pour répondre à la demande croissante de graines et dans une moindre mesure, à la hausse des rendements.

La surface de colza cultivée en Ukraine devrait aussi augmenter dans les prochaines années et atteindre 1 million d’hectares, ce qui permettrait au pays de produire 2,3 Mt d’ici 2019.

Production russe en hausse de 40 % d'ici 2019

Mais c’est en Russiela hausse de la production de canola serait la plus forte. Elle atteindrait 1,7 Mt en 2019, soit une progression de plus 40 % par rapport à son niveau du début des années 2010. En fait, la culture de colza de printemps profiterait pleinement du radoucissement des températures au début du printemps.

Les flux des échanges commerciaux ne seraient pas chamboulés dans les prochaines années. Le Canada serait toujours à la tête des exportateurs de graines (9,6 Mt soit une hausse attendue de + 2,5 Mt).

Avec l’Ukraine et l’Australie, ces trois pays disposeraient de 14,7 Mt de colza exportables sur un total disponible au niveau mondial de 16,3 Mt.

Du côté des importateurs, l’Union européenne et la Chine achèteraient plus de la moitié des graines disponibles sur les marchés (8,2 Mt au total). Mais la Chine accroîtra de 1,5 Mt ses achats de graines alors que l’Union européenne verrait au contraire son solde commercial stabilisé.

En effet, l’UE produirait suffisamment de graines de colza en plus pour couvrir la hausse de ses besoins sans toutefois parvenir à l’autosuffisance. Aussi, ses achats de graines (3,4 Mt par an) resteraient dans la moyenne des années 2010.

Pour surveiller les évolutions des cours des matières premières agricoles, connectez-vous sur :

Observatoire des marchés de Terre-net.fr


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous