Euronext Le blé à l'arrêt, entre pression sur les prix et parité favorable

AFP

Les prix du blé étaient figés jeudi en milieu de journée, la pression des prix américains et russes étant compensée par une parité euro-dollar très favorable.

« Les prix américains baissent et on commence à avoir des prix à la baisse en mer Noire », soulignait ainsi Gautier Le Molgat, analyste au cabinet Agritel. Les prix des céréales ont en effet baissé à Chicago, tenant compte d'une météo annoncée comme plus favorable aux récoltes dans les prochains jours. Elles pourraient donc être meilleures que prévu.

Parallèlement, dans le bassin de production de la mer Noire, en Russie, en Ukraine, les prix baissent sous la pression de la récolte qui bat son plein, ce qui se traduit par une très forte disponibilité de marchandises. Ces éléments de pression à la baisse sur les prix étaient compensés par un nouveau plus bas en deux ans de l'euro face au dollar, après l'annonce la veille par la Réserve fédérale américaine (Fed) d'une baisse des taux d'intérêt pour la première fois en onze ans.

Peu avant 13 h (11 h GMT), l'euro perdait 0,38 % face au dollar pour s'échanger à 1,1034 dollar. La tonne de blé, après être légèrement remontée en début de matinée, était stable sur Euronext, inchangée aussi bien sur l'échéance de septembre à 174,75 euros que sur celle de décembre à 179,75 euros, pour un peu plus de 7 500 lots échangés. La tonne de maïs était en recul, entraînée par la clôture prochaine de l'échéance d'août. Elle perdait 1 euro sur l'échéance de novembre à 173,50 euros et 1 euro également sur l'échéance de janvier à 176,25 euros, pour un peu plus de 300 lots échangés.

Pour surveiller les évolutions des cours des matières premières agricoles, connectez-vous sur Les marchés agricoles de Terre-net.fr


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous