Chicago hebdo Le blé affecté par des ventes décevantes

AFP

Des ventes décevantes et des perspectives plus favorables pour la récolte de printemps ont nettement pesé cette semaine sur les cours du blé à Chicago (- 4,4 %). Les cours du maïs ont aussi baissé (- 1,98 %) tandis que ceux du soja ont grimpé (+ 0,98 %).

Bateau exportation bléLes autorités américaines vont sans doute devoir « réviser à la baisse leurs prévisions d'exportation de blé », estime Bill Nelson de Doane Advisory Services. (©Terre-net Média)

« Les commandes de blé américain sont ressorties bien en dessous de la normale la semaine dernière, ce qui va sans doute pousser les autorités à réviser à la baisse leurs prévisions d'exportation », remarque Bill Nelson de Doane Advisory Services. Parallèlement, la récolte de blé d'hiver, principalement cultivé dans le centre-sud des États-Unis, reste en mauvais état à cause du temps sec qui y domine, en particulier au Kansas où seulement 12 % des champs sont considérés comme "bons à excellents".

Mais les conditions s'annoncent plus favorables pour la récolte de printemps. « Selon les dernières prévisions, les précipitations en avril et au cours des trois prochains mois devraient être un peu supérieures à la normale dans les États plus au nord, comme le Montana, le Dakota du Nord, le Dakota du Sud ou le Minnesota », indique M. Nelson. La perspective d'une récolte importante leste les cours.

La sécheresse en Argentine a affecté les rendements de soja

Les prix du soja, qui avaient chuté la semaine précédente, ont de leur côté beaucoup oscillé avant de finir la semaine sur un petit rebond. Ils sont soumis à « une série d'éléments contradictoires pour les prix », souligne Dewey Strickler de Ag Watch Market Advisors. La récolte en Argentine continue de s'amoindrir et les observateurs attendent désormais la moisson pour savoir exactement à quel point la sécheresse qui a frappé plusieurs zones du pays a affecté les rendements.

Mais parallèlement, grâce notamment à une récolte abondante en Brésil, les réserves mondiales de soja restent élevées, relève M. Strickler. Et selon plusieurs analystes, les agriculteurs américains devraient cet été semer plus de soja, et moins de maïs, que l'an dernier. Du côté de la demande, les investisseurs redoutent que la Chine décide de limiter ses importations de soja si les États-Unis accentuent les sanctions commerciales à l'encontre de Pékin. Mais « dans le même temps, peut-être par anticipation, les acheteurs chinois n'ont jamais autant commandé de soja américain au mois de mars », remarque M. Nelson.

Les farmers américains prévoient de semer moins de maïs

Les ventes de maïs américain à l'étranger se portent bien également et ont largement dépassé les attentes dans le rapport hebdomadaire du ministère américain de l'agriculture (USDA) diffusé jeudi. Mais « la plupart des éléments de nature à faire grimper les prix, comme la petite récolte attendue en Argentine ou le fait que les agriculteurs américains prévoient de semer moins de maïs (cette année) sont déjà intégrés dans les cours », selon M. Strickler. Les prix avaient ainsi nettement grimpé la semaine dernière, incitant de nombreux fermiers à écouler une partie de leurs stocks, ce qui a fait pression sur les cours à Chicago.

Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en mai, le contrat le plus actif, a clôturé vendredi à 3,8275 dollars contre 3,9050 dollars il y a une semaine (- 1,98 %). Le boisseau de blé pour mai, le contrat le plus échangé, a fini à 4,6775 dollars contre 4,8925 dollars à la clôture vendredi dernier (- 4,4 %). Le boisseau de soja pour la même échéance, également le contrat le plus échangé, a terminé à 10,4950 dollars contre 10,3925 dollars vendredi dernier (+ 0,98 %).


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous