Chicago Le blé bondit face à d'éventuels problèmes logistiques en Russie

AFP

Les cours du blé ont bondi mardi à Chicago alors que les autorités russes ont évoqué la possibilité de fermer d'importants sites d'expédition pour raisons sanitaires. Les cours du maïs et du soja ont aussi progressé.

L'agence russe en charge de la surveillance vétérinaire et phytosanitaire a averti dans un communiqué qu'elle allait peut-être suspendre l'activité d'une trentaine d'entreprises gérant des sites de collecte de grains dans les régions de Krasnodar et de Rostov sur le Don, près de la mer Noire. La majeure partie des céréales russes destinées à l'exportation partent de cette zone.

Lors d'inspections, il aurait été relevé la présence de mauvaises herbes, de sols déficients et l'absence d'équipements nécessaires en cas de quarantaine, fait valoir l'agence qui prévient qu'elle pourrait exiger la fermeture de certaines entreprises jusqu'à 90 jours. « Depuis plusieurs semaines, on entend des rumeurs sur la possibilité que la Russie ne puisse pas exporter autant de céréales que l'an dernier dans la mesure où la récolte de blé a été affectée par la sécheresse et qu'une abondance de pluies pendant les moissons a affecté la qualité des autres produits agricoles », a indiqué Michael Zuzolo de Global Commodity Analytics.

« Si les autorités russes mettent en oeuvre leur avertissement, les acheteurs du Moyen-Orient pourraient alors se tourner vers d'autres sources d'approvisionnement, dont les États-unis », a-t-il ajouté. « D'autant plus que la récolte en Australie s'annonce plus limitée que prévu ».

Les cours du maïs et du soja ont pour leur part profité de prévisions météorologiques annonçant des pluies et des températures plus fraîches dans les jours à venir, ce qui pourrait retarder les moissons. Selon un rapport hebdomadaire diffusé lundi soir, 26 % des champs de maïs avaient été récoltés au 30 septembre, contre 16 % à la même époque l'an dernier, et 23 % des champs de soja, contre 20 % en 2017.

Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en décembre, contrat le plus échangé, a terminé mardi à 3,6750 dollars contre 3,6575 dollars lundi (+ 0,48 %). Le boisseau de blé pour décembre a fini à 5,1925 dollars contre 5,0950 dollars (+ 1,75 %). Le boisseau de soja pour novembre, également le contrat le plus échangé, a clôturé à 8,6600 dollars contre 8,5775 dollars la veille (+ 0,96 %).

Pour surveiller les évolutions des cours des matières premières agricoles, connectez-vous sur Les marchés agricoles de Terre-net.fr


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous