Chicago Le blé chute sous l'effet de la concurrence mondiale

AFP

Le cours du blé coté à Chicago a nettement reculé mercredi à Chicago, lesté par la concurrence internationale et la perspective de ventes américaines décevantes, le maïs et le soja progressant de leur côté.

La chute du cours du blé mercredi a été liée « à la situation très concurrentielle sur le marché » international, ont affirmé les analystes de Commerzbank, citant notamment l'offre de blé russe. Cette concurrence est d'autant plus forte que la Russie devrait produire 5 % de blé de plus que l'an dernier, ajoutent les mêmes analystes. La profusion de blé russe sur le marché « rend le blé moins cher dans le pays » et met sous pression l'offre américaine, d'après eux. Le cours du blé coté à Chicago a en outre été affaibli mercredi par les résultats d'une grosse commande effectuée par l'Égypte, dans laquelle ne figurait pas la céréale américaine, à l'inverse des blés français, russe et ukrainien.

Les investisseurs avaient déjà entamé la semaine du mauvais pied, quelques jours avant la publication par le ministère américain de l'agriculture (USDA) de données sur les ventes américaines à l'étranger portant sur six semaines entre janvier et février. « Le blé n'a pas vu un seul rapport hebdomadaire positif lors des deux derniers mois. Alors six rapports hebdomadaires pourraient signifier six semaines de données décevantes », a affirmé Ryan Ettner de la maison de courtage Allendale.

« Shutdown »

Ces données n'ont pas été publiées de manière régulière en raison de la fermeture partielle des administrations américaines durant 35 jours, le shutdown. L'ensemble du retard accumulé par l'USDA sera rattrapé vendredi. Le maïs a clôturé de son côté en hausse en raison de propos du président américain Donald Trump, affirmant que les négociations en cours avec Pékin dans le cadre de la guerre commerciale comprenaient la vente de « beaucoup » de maïs, a rappelé Dewey Strickler de Ag Watch Marcket Advisors.

À l'entame d'une nouvelle semaine de tractations mardi, Donald Trump s'était montré optimiste, laissant par ailleurs miroiter un report de la date fatidique du 1er mars comme date butoir dans la trêve que se sont accordé les deux pays. Ce relatif optimisme dans les négociations influençait un peu le cours du soja, au centre de la bataille commerciale entre les dirigeants américains et chinois. Pékin a été en 2017 le plus gros acheteur de l'oléagineux aux États-Unis mais a depuis fortement réduit ses acquisitions.

Le boisseau de blé pour mai, désormais le contrat le plus actif, a fini à 4,8425 dollars, contre 4,9225 dollars la veille à la clôture. Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en mars, contrat le plus échangé, a terminé mercredi à 3,7075 dollars, contre 3,6975 dollars mardi. Le boisseau de soja pour mars, là aussi le contrat le plus échangé, a fini à 9,0250 dollars, contre 9,0075 dollars la veille.

Pour surveiller les évolutions des cours des matières premières agricoles, connectez-vous sur Les marchés agricoles de Terre-net.fr


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous