Euronext Le blé en hausse, sur fond de possibles problèmes de qualité en Russie

AFP

Les prix du blé étaient en forte hausse mercredi à la mi-journée, alors que les autorités russes ont annoncé la possible fermeture de grands sites d'expédition de blé en raison de problèmes sanitaires.

« Les clients internationaux, notamment asiatiques, à la réception des bateaux de blé russes, se plaignent notamment d'impuretés dans les grains, et donc les autorités sanitaires renforcent leurs contrôles », a déclaré à l'AFP Sébastien Poncelet, analyste au cabinet Agritel. Il y a eu, selon lui, une première phase de contrôle dans les silos d'exportation qui chargent les bateaux, dans les ports, « et là, ils remontent la chaîne, puisqu'à priori, la décision a été prise de contrôler les silos au départ, à l'intérieur des terres ».

Il tempérait toutefois les rumeurs de restrictions d'export, qui ont déjà agité le marché il y a quelques semaines : « La Russie a pris des mesures mais est-ce que le raccourci entre ces mesures et le fait qu'ils vont restreindre les exports est à faire, ce n'est pas évident », estimait ainsi Sébastien Poncelet. Il relevait que l'évocation de la Russie dans les coulisses des marchés, du fait de l'importance colossale prise à l'exportation par ce pays, agitait systématiquement les cours et estimait que « le marché s'inquiète de ce qui ne pourrait être qu'une mesure de renforcement qualitatif », alors que certains craignent selon lui « un début d'embargo caché ».

L'agence russe en charge de la surveillance vétérinaire et phytosanitaire a averti dans un communiqué qu'elle allait peut-être suspendre l'activité d'une trentaine d'entreprises gérant des sites de collecte de grains dans les régions de Krasnodar et de Rostov sur le Don, près de la mer Noire. La majeure partie des céréales russes destinées à l'exportation partent de cette zone. Lors d'inspections, il aurait été relevé la présence de mauvaises herbes, de sols déficients et l'absence d'équipements nécessaires en cas de quarantaine, fait valoir l'agence qui prévient qu'elle pourrait exiger la fermeture de certaines entreprises jusqu'à 90 jours.

Peu avant 12h45 (10h45 GMT) sur Euronext, la tonne de blé regagnait 2,25 euros sur l'échéance de décembre à 202,25 euros et 2,25 euros également sur celle de mars à 205,25 euros, dans un marché beaucoup plus agité que ces derniers jours, avec près de 20 000 lots échangés. Dans le sillage du blé, la tonne de maïs repartait également à la hausse, avec un euro de plus sur l'échéance de novembre à 175,25 euros et 1,25 euro de plus sur celle de janvier à 177,50 euros, pour plus de 800 lots échangés.

Pour surveiller les évolutions des cours des matières premières agricoles, connectez-vous sur Les marchés agricoles de Terre-net.fr


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous