Euronext Le blé en léger recul, affecté par Chicago, blocages persistants dans les ports français

AFP

Les prix du blé reculaient légèrement, mercredi à la mi-journée, davantage affectés par l'évolution des cours à la bourse de Chicago que par les blocages persistants dans les ports français qui inquiètent néanmoins les sociétés de négoce.

Les traders américains sont plus que jamais perplexes quant à d'éventuelles commandes chinoises qui se font attendre, des interrogations qui se sont récemment accrues, avec l'achat par Pékin de 150 000 tonnes de blé australien et la propagation du coronavirus chinois.

En France, la grève des dockers continue d'affecter la logistique dans les ports, mais ce mouvement affecte d'avantages les prix physiques que ceux pratiqués sur le marché à terme, selon Damien Vercambre, de la société Inter-Courtage.

« L'accès physique aux ports reste difficile mais on charge les jours où c'est ouvert », a commenté Damien Vercambre, ajoutant néanmoins que la grève semble avoir d'ores et déjà des incidences sur les débouchés hors-UE du blé français.

Après les précédents arrêts de travail des 22, 23 et 24 janvier, la CGT Ports et Docks a lancé un appel à une nouvelle opération « ports morts » sur l'ensemble des terminaux portuaires nationaux ce mercredi.

« On apprend que certains pays importateurs demandent aux opérateurs d'éviter exceptionnellement l'origine France, du fait de ces mouvements sociaux actuels », a indiqué Inter-Courtage dans une note.

« Même si tout le monde dit du blé français, "c'est le moins cher du monde", s'il ne sort pas, il n'y a pas d'intérêt à en acheter », a remarqué Damien Vercambre.

« Ça fait quand même un certain temps qu'on a des soucis sur les ports français et on n'a aucune visibilité », déplorait pour sa part Jean-Philippe Everling, directeur général de la société Transgrain, spécialisée dans le commerce de céréales. Selon lui, les autorités tunisiennes notamment « préfèrent qu'on évite » de s'approvisionner en blé français, compte tenu des problèmes logistiques rencontrés dans les ports de l'Hexagone. « La situation est différente selon les ports, mais vous avez des ports qui ont également des problèmes de réception, il y a eu des blocages à l'entrée qui n'ont pas permis l'alimentation des silos portuaires », ajoutait M. Everling, citant l'exemple du port de Rouen où ont eu lieu selon lui « des mouvements pour bloquer l'entrée des camions ». « On a quand même des blés de qualité qui sont appréciés de nos clients, on a des prix qui sont attractifs sur le marché par rapport à d'autres concurrents et avant tout la mer Noire, on se tire un peu une balle dans le pied », regrettait-il.

Peu avant 13 h (12 h GMT) sur Euronext, la tonne de blé reculait de 75 centimes d'euro sur mars à 193,75 euros et sur mai à 192,75 euros, pour un peu plus de 15 000 lots échangés. La tonne de maïs, elle, se repliait de 25 centimes d'euro sur l'échéance rapprochée de mars à 169,50 euros et était inchangée sur l'échéance de juin à 175,50 euros, pour environ 600 lots échangés.

Pour surveiller les évolutions des cours des matières premières agricoles, connectez-vous sur Les marchés agricoles de Terre-net.fr


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous