Euronext Le blé en recul après un rapport américain

AFP

Les prix du blé étaient en net recul, vendredi à la mi-journée, au lendemain d'une révision à la hausse de la prochaine récolte mondiale, plus que jamais attendue à des niveaux records, par le ministère américain de l'Agriculture.

Dans son rapport (Wasde) mensuel, ce dernier a revu à la hausse de 5,5 millions de tonnes une récolte de blé désormais attendue à près de 794,5 Mt. « Après un début juin plutôt favorable pour les blés d'hiver, ils ont remonté les chiffres de production », a commenté Damien Vercambre, analyste au cabinet Inter-Courtage, qui a toutefois souligné une moindre révision à la hausse des stocks, compte tenu d'une demande attendue à un niveau plus élevé. Le rapport entre l'offre et la demande pour le maïs « est très tendu », favorisant un maintien des cours à un niveau élevé, « donc il peut encore influencer le prix du blé », a indiqué Damien Vercambre. Nettement moins cher ces temps-ci que le maïs, le blé pourrait être davantage utilisé par les éleveurs de bétail, pour limiter la hausse des prix de l'aliment.

« Tout le monde est un petit peu à la croisée des chemins sur le maïs et c'est le seul élément qui pourrait maintenir un prix de blé élevé », a estimé M. Vercambre. Il a estimé « un peu élevée » la nouvelle projection de production de blé en Russie, désormais estimée à 86 Mt. Mais l'institut Ikar, qui tablait jusqu'ici sur 80 Mt, a révisé de son côté son estimation à 82 Mt vendredi matin.

D'une manière générale, ce rebond attendu de la production mondiale de blé, notamment dans l'Union européenne, « est un motif pour calmer les prix », a ajouté M. Vercambre. « En France, les conditions climatiques demeurent favorables et permettent d'afficher un certain optimisme pour la production 2021 », a indiqué pour sa part le cabinet Agritel dans une note publiée vendredi. Le baromètre CéréObs de FranceAgriMer a d'ailleurs augmenté très légèrement vendredi la proportion de blé cultivé dans des conditions bonnes à très bonnes (81 %, +1 point), et également pour les orges de printemps (86 %, +2 points).

Concernant le maïs, la production des États-Unis demeure attendue en nette hausse par rapport à l'an dernier (+ 20 Mt), mais il faudra attendre la mi-juillet pour avoir une idée un peu plus précise du potentiel de production et savoir si le maïs américain pourra compenser au moins en partie la faible production brésilienne, affectée par la sécheresse, a estimé M. Vercambre.

Peu avant 13h00 (11h00 GMT) sur Euronext, la tonne de blé tendre reculait de 2,50 euros sur l'échéance de septembre à 210 euros et de 2,50 euros également sur l'échéance de décembre à 209,75 euros, pour environ 9 000 lots échangés. La tonne de maïs reculait de 1,50 euro sur l'échéance d'août à 260,50 euros, et de deux euros sur l'échéance de novembre à 210,50 euros, pour près de 450 lots échangés.

Pour surveiller les évolutions des cours des matières premières agricoles, connectez-vous sur Les marchés agricoles de Terre-net.fr


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous