Chicago Le blé porté par le temps sec qui touche la récolte d'hiver

AFP

Le cours du blé coté à Chicago a nettement progressé lundi (+ 1,83 %), la céréale profitant de la sécheresse persistante qui touche la récolte d'hiver aux Etats-Unis. Les cours du maïs ont aussi grimpé tandis que ceux du soja ont baissé.

« Selon les dernières prévisions, il va continuer à faire très sec dans certaines zones de la région des Plaines au cours des cinq prochains jours », a indiqué Dax Wedemeyer, de la maison de courtage US Commodities. Les Etats du Kansas, de l'Oklahoma et du Texas sont particulièrement touchés. « On a bien eu quelques pluies » dans cette zone où est cultivé le blé d'hiver dans le centre des Etats-Unis, « mais les sols manquent d'humidité », a-t-il ajouté. Ce qui est d'autant plus problématique que les champs devraient sortir de la période de dormance dans les jours à venir. Aussi les investisseurs se préparent à voir la qualité des récoltes se dégrader dans le prochain rapport officiel des autorités américaines.

Les cours du soja de leur côté ont grimpé en début de séance à leur plus haut niveau depuis février 2017, jusqu'à 10,5950 dollars le boisseau pour le contrat le plus échangé. La sécheresse en Argentine, troisième exportateur mondial d'oléagineux, « s'est intensifiée au cours des deux dernières semaines, poussant à réduire les prévisions de production pour la campagne 2017/2018 », ont rappelé les analystes de JPMorgan. La récolte de soja y est désormais anticipée à 47 millions de tonnes, contre une précédente estimation à 50 millions de tonnes et une récolte à 57,5 millions de tonnes en 2017. Les inquiétudes sur la récolte dans le pays, qui est aussi le premier exportateur mondial d'huile et de tourteaux de soja, sont exacerbées par le fait que les gousses de soja doivent commencer à se remplir, a souligné Steve Georgy d'Allendale. Toutefois, a-t-il ajouté, quelques pluies sont tombées ce week-end et d'autres sont prévues dans la semaine dans le pays, ce qui pourrait atténuer la baisse des rendements.

Par ailleurs, la récolte s'annonce de bon augure au Brésil et pourrait y atteindre un record, certaines estimations s'élevant jusqu'à 117 millions de tonnes (contre 114 millions en 2017). Le soja brésilien est d'ailleurs plus prisé en ce moment que le soja américain « en raison des tensions grandissantes entre les Etats-Unis et la Chine et la moindre proportion de protéines dans le soja américain », ont remarqué les analystes de CHS Hedging. Le ministère américain de l'agriculture (USDA) a bien fait état d'une commande par un acheteur chinois de 132 000 tonnes de soja mais les derniers chiffres hebdomadaires sur les exportations d'oléagineux américains restent à la peine.

Les cours du maïs ont été de leur côté soutenus par la vigueur des prix du soja en début de séance et par l'annonce d'une commande de 125 000 tonnes pour une destination inconnue.

Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en mai, le contrat le plus actif, a terminé lundi à 3,7725 dollars contre 3,7450 dollars vendredi. Le boisseau de blé pour mai, également le contrat le plus échangé, a fini à 4,7275 dollars contre 4,6425 dollars à la précédente clôture. Le boisseau de soja pour mai, contrat le plus actif, a clôturé à 10,4600 dollars contre 10,4750 dollars vendredi.

Pour surveiller les évolutions des cours des matières premières agricoles, connectez-vous sur Les marchés agricoles de Terre-net.fr


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous