Euronext Le blé poursuit sa hausse, les moissons entravées par la météo

AFP

Les prix du blé progressaient jeudi en fin de matinée, sur fond de chantiers de récolte retardés et d'inquiétudes sur la qualité des grains.

La problématique actuelle demeure (...) avant tout liée à la progression des travaux de récolte pour notamment les blés tendres » qui sont retardés par les intempéries en France et ailleurs en Europe, souligne le cabinet Agritel. « Sur le plan qualitatif, après une première partie de moisson correcte, les interrogations sont naturellement nombreuses sur l'impact des pluies sur les surfaces encore sur pied », poursuit Agritel.

Le blé restait ferme également aux États-Unis, du fait de la situation préoccupante des cultures de blé de printemps, malmenées par la chaleur qui accable le nord-ouest des Etats-Unis depuis plusieurs semaines. Les conditions de cultures sont « très défavorables, principalement dans les plaines des Dakotas », résume Inter-Courtage.

Dans le marché mer Noire, les prix du blé en Russie comme en Ukraine ont progressé mercredi « dans des proportions toutefois contenues par rapport aux marchés américains et européens », rapporte Agritel, notant que ces origines restent donc plus compétitives à l'export.

Vers 11h30 (09h30 GMT) sur Euronext, la tonne de blé augmentait de 3,75 euros sur l'échéance de septembre à 220 euros, et de 3,25 euros sur l'échéance de décembre à 221,25 euros, pour plus de 26 000 lots échangés.

La tonne de maïs, pour sa part, était inchangée sur l'échéance d'août (ancienne récolte) à 262 euros, et progressait d'un euro sur l'échéance de novembre (prochaine récolte) à 209 euros, pour environ 150 lots échangés.

Pour surveiller les évolutions des cours des matières premières agricoles, connectez-vous sur Les marchés agricoles de Terre-net.fr


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous