Euronext Le blé rebondit, soutenu par Chicago et des incertitudes climatiques

AFP

Les prix du blé connaissaient, mardi à la mi-journée, un rebond d'ordre technique à la suite de Chicago, accentué par quelques petites inquiétudes liées aux conditions de culture des céréales à paille.

Vers 13h15 (11h15 GMT) sur Euronext, la tonne de blé tendre progressait de 2,25 euros sur l'échéance rapprochée de mai à 213,50 euros, et d'un euro sur l'échéance de septembre à 199,75 euros, pour près de 10 500 lots échangés. La tonne de maïs, elle, progressait de 50 centimes sur l'échéance de juin à 216,75 euros, et de 75 centimes sur celle d'août à 213,25 euros, pour un peu plus de 150 lots échangés.

Lundi, le marché américain a nettement baissé parce que les conditions météo, notamment dans le nord des Etats-Unis, sont relativement sèches et devraient permettre d'accélérer le rythme des semis, aussi bien en maïs qu'en blé de printemps. « Le marché a plutôt baissé hier et remonte un peu techniquement aujourd'hui et les marchés européens font exactement le même mouvement », a commenté Paul Désert Cazenave, responsable de l'analyse de marchés chez Logaviv.

Par ailleurs, les problèmes potentiels liés à la baisse de température de la semaine dernière en Europe commencent à être un peu évalués, a-t-il souligné. Si pour l'instant, ce sont essentiellement des problème sur les betteraves et le colza qui ont été mis en évidence, « ça pourrait être aussi le cas finalement sur les céréales à paille, comme le blé », a ajouté Paul Désert Cazenave, pour qui cette « petite incertitude soutient le marché ». Autre sujet d'interrogation qui vient s'ajouter au gel, « les météorologues font état d'un risque de déficit hydrique sur le continent européen pour les semaines à venir », a souligné le cabinet Agritel dans une note publiée mardi.

Selon les dernières projections du ministère de l'agriculture publiées mardi, les surfaces de blé tendre cette saison sont sans surprise en hausse de 14,6 % sur un an à 4,9 millions d'hectares, grâce à des conditions de semis plus favorables qu'en 2019. 

En Russie, plusieurs grands exportateurs de blé russe ont suspendu leurs achats de blé russe face aux taxes à l'exportation mises en place pour faire baisser les prix du marché intérieur, rapporte le quotidien russe Kommersant. Ces acheteurs tablent, selon le quotidien, sur une baisse des prix avant l'arrivée de la nouvelle récolte. Les droits pour l'achat de blé devraient baisser à partir du 2 juin, notent des experts.

Pour surveiller les évolutions des cours des matières premières agricoles, connectez-vous sur Les marchés agricoles de Terre-net.fr


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous