Euronext Le blé sans direction, le marché partagé

AFP

Les prix du blé étaient sans direction claire, jeudi à la mi-journée, faute de nouvelles informations, et les marchés étaient partagés entre des aspects concrets de disponibilité des marchandises et des considérations plus techniques.

« Les marchés continuent d'être hésitants, partagés entre des fondamentaux tendus et des niveaux de prix qui constituent des zones de résistance, tant d'un point de vue technique que du point de vue des acheteurs », a ainsi déclaré le cabinet Agritel dans une note publiée jeudi. L'échéance de mars, dont la clôture approche, a « fait monter peut-être un peu trop » les prix, ce qui peut expliquer la baisse des cours, ces derniers jours, a estimé Damien Vercambre, analyste au cabinet Inter-Courtage. Concernant la demande, « on est un peu à court de nouvelles, on attend des appels d'offres, mais il n'y a rien qui arrive, le calendrier se complique un peu parce qu'il y a le Ramadan dans à peu près un mois », a ajouté Damien Vercambre.

L'Algérie a ainsi lancé des appels d'offre pour le blé dur, pour le maïs, mais pas pour le blé tendre. Concernant les prochaines récoltes, les inquiétudes liées au froid dans le bassin de production de la mer Noire semblent se dissiper, selon Damien Vercambre.

Peu avant 13h30 (12h30 GMT), sur Euronext, la tonne de blé tendre reculait de 25 centimes sur l'échéance de mai à 229,50 euros, et à l'inverse, progressait de 1,25 euro sur l'échéance de septembre à 200,50 euros, pour près de 12 000 lots échangés. La tonne de maïs, elle, était proche de l'équilibre, reculant de 25 centimes sur l'échéance de juin à 220 euros, et de 50 centimes sur l'échéance d'août à 216 euros, pour près de 500 lots échangés.

Pour surveiller les évolutions des cours des matières premières agricoles, connectez-vous sur Les marchés agricoles de Terre-net.fr


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous