Euronext Le blé toujours soumis à la pression des vendeurs

AFP

Les prix du blé étaient en recul mercredi à la mi-journée, toujours soumis à une importante pression à la vente des opérateurs.

Après un petit mouvement de panique qui a cassé différents seuils de prix symboliques la semaine dernière, « ce sont toujours les vendeurs qui sont un peu plus pressés de vendre que les acheteurs d'acheter », résumait pour l'AFP Damien Vercambre, analyste au cabinet Inter-Courtage. Les opérateurs ont guetté une reprise des achats ces derniers jours, au gré des différents appels d'offres, mais sans succès pour l'instant. Les prix du blé pâtissaient également d'un recul à Chicago, où l'ensemble des céréales ont reculé mardi, dans l'attente de l'issue des nouvelles négociations commerciales entre Pékin et Washington qui ont repris mardi à Washington. L'Egypte profitait de ce mouvement de repli pour se remettre aux achats. Les origines France et américaines seront une nouvelle fois bien placées pour répondre à cet appel d'offres, dont le résultat sera connu mercredi après-midi, soulignait le cabinet Agritel. Le repli des cours incite également l'Algérie à lancer un appel d'offres pour de l'orge fourragère.

Peu avant 12h30 (11h30 GMT) sur Euronext, la tonne de blé reculait de 75 centimes d'euro sur l'échéance de mars à 193,50 euros, et de 50 centimes sur l'échéance de mai à 194,50 euros, pour un peu plus de 10 000 lots échangés. La tonne de maïs, elle, regagnait 50 centimes sur l'échéance de mars à 174 euros et était inchangée sur celle de juin à 174 euros également, pour un peu moins de 500 lots échangés.

Pour surveiller les évolutions des cours des matières premières agricoles, connectez-vous sur Les marchés agricoles de Terre-net.fr


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous