Chicago Le crash aérien en Ukraine dope les prix du blé aux Etats-Unis

Afp

Chicago, 17 juil 2014 (AFP) - Les cours du blé ont nettement rebondi jeudi à Chicago, dopés par le crash d'un avion de ligne malaisien en Ukraine, qui faisait peser des craintes sur l'offre en blé dans la mer Noire, et rendait le blé américain plus attractif.

« Le crash de l'avion de ligne malaisien en Ukraine a complètement focalisé l'attention du marché dès la mi-séance, les investisseurs tentant d'anticiper ses conséquences éventuelles sur le prix des céréales », a expliqué Bill Nelson, de Doane Advisory Services. Les investisseurs ont en effet appris en cours de séance qu'un avion de ligne malaisien parti d'Amsterdam pour Kuala Lumpur s'était écrasé dans la région de Donetsk, dans l'est de l'Ukraine. Cette zone est au cœur des affrontements entre le gouvernement de Kiev et les insurgés pro-russes depuis plusieurs mois. Le long-courrier Boeing 777, opéré par Malaysia Airlines et transportant 295 personnes, aurait pu être abattu, selon le président ukrainien Petro Porochenko, qui a évoqué « un acte terroriste ». Les opérateurs craignaient que cette catastrophe aérienne n'exacerbe les tensions, déjà très vives, entre l'Occident et la Russie, accusée de soutenir les séparatistes pro-russes en Ukraine, et qu'elle ne perturbe l'offre céréalière de la mer Noire.

L'Ukraine et la Russie représentent à elles deux 20 % des exportations mondiales de blé attendues cette année, selon les analystes, la première étant également l'un des grands producteurs mondiaux de maïs. « L'impact sur les prix du maïs a été moindre car son importance en tant que nourriture de subsistance est secondaire par rapport à celle du blé », a expliqué Bill Nelson. La mer Noire est traditionnellement l'un des greniers à blé du Moyen-Orient, « et personne là-bas, particulièrement en Egypte, ne veut tenter le diable et risquer une pénurie de cette céréale », a-t-il poursuivi. Dans ce contexte, « le blé américain devient de plus en plus attractif » et ses prix s'envolent, a-t-il expliqué.

Le soja quant à lui a grimpé dans un premier temps, également dopé par la nouvelle du crash, l'Ukraine étant l'un des grands producteurs mondiaux d'huile de tournesol, un produit utilisé comme le soja pour fabriquer des biocarburant. Mais les prix des graines oléagineuses ont finalement cédé du terrain, dans un marché « désireux de voir des signes d'une demande plus vigoureuse encore en soja américain », a estimé Bill Nelson. Certes, les chiffres sur les ventes hebdomadaires à l'exportation du ministère américain de l'Agriculture (Usda) ont été jugés relativement bons, « mais il faut faire mieux encore pour arriver au niveau des dernières années », a expliqué Bill Nelson.

Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en décembre 2014, le plus échangé actuellement sur le marché, a fini jeudi à 3,8725 dollars contre 3,8675 dollars mercredi. Le boisseau de blé pour livraison en septembre, le plus actif, a terminé à 5,5075 dollars contre 5,3800 dollars dollars la veille. Le boisseau de soja pour livraison en novembre, le plus coté, a clôturé à 10,9400 dollars contre 11,0200 dollars mercredi. 

Pour surveiller les évolutions des cours des matières premières agricoles, connectez-vous sur :

Observatoire des marchés de Terre-net.fr



© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous