; Les cours du maïs dérapent

Chicago Le maïs dégringole, suivi par soja et blé, avec les pluies en Amérique du Sud

AFP

Les cours du maïs ont dérapé jeudi, suivis par ceux du soja et du blé, après l'annonce de pluies en Amérique du Sud, attendues depuis des semaines.

Le service brésilien de météorologie nationale (INM) prévoit, à partir de vendredi, des pluies sur les États du Mato Grosso do Sul, de Santa Catarina, de Sao Paulo et du Parana, qui produisent, à eux quatre, environ la moitié de la première récolte de maïs dans ce pays.

Le Brésil présente la particularité d'avoir trois récoltes de maïs par an, réparties selon les régions. Malgré son nom, qui signifie la « petite récolte », la deuxième, appelée « safrinha », est de loin la plus abondante. Ces pluies interviennent après plus d'un mois de temps sec et chaud, qui a déjà affecté le rendement des cultures de maïs et de soja.

Selon le rapport mensuel Wasde publié mercredi par le ministère américaine de l'Agriculture (USDA), la prévision de production brésilienne de maïs s'inscrit désormais à 118 millions de tonnes, contre 115 lors de la dernière publication, en décembre.

L'USDA a par ailleurs revu à la baisse ses estimations pour l'Argentine, de 54,5 à 54 millions de tonnes. En Argentine, c'est à partir de dimanche que le ciel devrait se mettre à pleurer sur les cultures des provinces de Buenos Aires et Cordoba, les principales régions productrices de Zea maïs, le nom scientifique de la graminée.

« Il y avait de quoi soutenir les cours dans le rapport USDA (le soja est d'ailleurs monté mercredi), mais on est sur un marché animé par le temps en ce moment », a expliqué Jake Hanley, directeur exécutif de Teucrium Trading. « La prime à la météo peut arriver et tout emporter sur son passage. » L'impact a été similaire pour le soja, qui est peu ou prou cultivé dans les mêmes régions au Brésil et en Argentine.

Quant au blé, il a souffert des chiffres hebdomadaires d'exportations américaines, qui ont enregistré une hausse par rapport à la semaine précédente mais demeurent inférieurs de 20 % à la moyenne sur quatre semaines, selon l'USDA.

Même s'il a été attaqué depuis le début des fêtes de fin d'année, le Soft Red Winter Wheat (SRW), la variété la plus échangée à Chicago, n'est toujours pas en mesure de concurrencer les autres grands producteurs mondiaux, qui affichent des prix inférieurs.

Selon l'agence Bloomberg, l'Irak a ainsi récemment préféré le blé australien à son concurrent américain pour une commande de 150 000 tonnes. « Les prix continuent à baisser, pour trouver le point où ils vont réussir à attirer des acheteurs étrangers sur le marché américain », selon Jake Hanley.

Le boisseau de blé (environ 27 kg) pour livraison en mars 2022 a abandonné 1,45% à 7,4675 dollars contre 7,5775 mercredi.

Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison le même mois a perdu 1,91% à 5,8750 dollars contre 5,9900 à la précédente clôture.

Le boisseau de soja (environ 27 kg) pour livraison en mars également a lâché 1,57% à 13,7725 dollars contre 13,9925 la veille.

Pour surveiller les évolutions des cours des matières premières agricoles, connectez-vous sur Les marchés agricoles de Terre-net.fr


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous

AFP