Chicago Le maïs et le blé en baisse, le soja en légère hausse

AFP

Les cours du maïs et du blé ont reculé lundi à Chicago tandis que ceux du soja ont légèrement progressé dans un marché s'interrogeant sur l'impact d'abondantes précipitations sur la production américaine.

« Les prévisions météorologiques avaient correctement prédit les fortes averses qui sont tombées ce week-end sur la majeure partie du Midwest (dans le centre des États-Unis) et ont renforcé les craintes liées à un retard des  moissons », ont souligné les analystes de la maison de courtage Allendale. D'autant plus qu'après plusieurs jours de précipitations encore prévues cette semaine, devrait arriver un rafraîchissement des températures.

Or « le soja peut être particulièrement sensible à des épisodes pluvieux prolongés et à un temps froid quand il est déjà arrivé à maturité », notent les analystes d'Allendale. Reste que jusqu'à présent, « les pluies sont restées modérées, et les sols encaissent bien pour l'instant », a relevé Michael Zuzolo de Global Commodity Analytics.

Aussi les éventuelles inquiétudes liées aux conséquences des averses sur les récoltes américaines sont reléguées selon lui au second plan par la hausse du dollar et les remous économiques en Chine. L'augmentation du billet tend en effet à rendre plus chères les commandes de produits américains pour les acheteurs munis d'autres devises. La Banque centrale chinoise a par ailleurs annoncé dimanche des mesures de relance monétaire qui n'ont pas suffi à rasséréner les places boursières chinoises : fermées la semaine dernière pour cause de fête nationale chinoise, elles ont dégringolé lundi, subissant le contrecoup de l'escalade généralisée des tensions avec les États-Unis. Or un ralentissement de la deuxième puissance économique mondiale, associé aux sanctions commerciales imposées depuis juillet par Pékin à l'encontre des importations de soja produit aux États-Unis, n'est pas de bon augure pour les ventes d'oléagineux américain en Chine.

Du côté du blé, les averses ralentissent également les semis de la récolte d'hiver. Elles pourraient toutefois avoir un effet bénéfique en garantissant que les sols sont suffisamment humides. Le gouvernement russe a par ailleurs annoncé lundi qu'« en 2018-2019, jusqu'à 1,5 million de tonnes de blé, seigle et orge fourragère provenant des réserves du fonds d'intervention russe - achetés entre 2008 et 2016 - vont être mis en vente sur le marché intérieur russe ou à l'export ». La récolte de blé dans le pays est bien moins abondante que l'an dernier et le marché s'attend depuis plusieurs semaines à ce que Moscou, premier exportateur mondial de blé, prenne des mesures pour en conserver pour sa propre consommation.

Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en décembre, contrat le plus échangé, a terminé lundi à 3,6650 dollars contre 3,6825 dollars vendredi. Le boisseau de blé pour décembre a fini à 5,1400 dollars contre 5,2100 dollars à la précédente clôture. Le boisseau de soja pour novembre, également le contrat le plus échangé, a terminé à 8,6975 dollars contre 8,6900 dollars avant le week-end.

Pour surveiller les évolutions des cours des matières premières agricoles, connectez-vous sur Les marchés agricoles de Terre-net.fr


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous