Céréales Le marché européen surveille la Crimée

Afp

PARIS, 14 mars 2014 (AFP) - Les cours des céréales européennes étaient relativement stables vendredi à la mi-journée, dans un marché plutôt calme mais surveillant de près l'évolution de la situation en Crimée.

Vers 13h45 (12h45 GMT), sur Euronext, la tonne de blé perdait 75 centimes sur l'échéance de mai à 210,75 euros la tonne et un euro sur celle de novembre à 201,75 euros, dans un volume d'échange d'environ 7.000 lots, toutes échéances confondues. A la même heure, le maïs gagnait 50 centimes sur l'échéance de juin à 186,75 euros et 1 euro sur celle d'août à 192 euros. Environ 800 lots avaient changé de main.

« Le marché est calme, on a une consolidation et une parité monétaire plus favorable. Mais on surveille la Crimée et le référendum de ce week-end, les prix ne peuvent pas bouger » avant cette échéance, a expliqué à l'AFP Edward de Saint-Denis, de la société de courtage Plantureux et Associés. « Les éléments politiques et économiques prennent le leadership » sur le comportement actuel des marchés des céréales, la crise en Ukraine venant soutenir les prix, ajoute le cabinet Agritel dans une note.

« Les exportations de grains au départ des ports ukrainiens de la mer Noire se poursuivent à un rythme record, faisant fi du marasme politique », répète Agritel citant l'exemple de l'entreprise Nibulon, qui devrait « établir un nouveau record d'activité sur la campagne en cours », avec 3,6 millions de tonnes déjà chargées. Mais un « risque de ralentissement » n'est pas à exclure : « les acheteurs turcs de matières premières agricoles ont pris du recul vis-à-vis de l'Ukraine et ils mentionnent le risque politique comme un handicap majeur à la poursuite de leur activité », explique la même source.

Le marché européen du blé reste par ailleurs soutenu par de fortes exportations. Depuis le début de la campagne 2013/2014, l'Union européenne a exporté 21,3 millions de tonnes de blé, contre un peu plus de 14 millions l'an dernier à la même époque, expliquent plusieurs analystes.

« Le maïs tire également son épingle du jeu en raison d'une demande européenne particulièrement dynamique à en juger par le niveau record des importations à ce stade de la campagne », explique Agritel. Les importations de maïs s'élèvent à un peu plus de 9 millions de tonnes pour la campagne 2013/2014, contre 8 millions l'année passée, selon les chiffres de la Commission européenne cités par plusieurs analystes.

En France, sur le marché de gré à gré, le prix des céréales était quasiment stable.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous