Chicago Le soja profite d'une demande solide

AFP

Les cours du soja ont profité jeudi à Chicago de ventes à l'étranger meilleures que prévu tandis que les prix du blé pâtissaient de commandes décevantes et le maïs se stabilisait.

Selon un rapport du ministère américain de l'agriculture, environ 1,5 million de tonnes de soja de la campagne 2017/2018 et 954 000 tonnes de la campagne 2018/2019 ont été commandées par des acheteurs étrangers lors de la semaine achevée le 5 avril, soit plus que les prévisions des analystes (entre 900 000 et 1,4 million de tonnes pour 2017/2018 et entre 400 000 et 600 000 tonnes pour 2018/2019).

« Les chiffres sur les exportations restent très bons », remarque Jason Britt de Central States Commodities. « Si on y ajoute les deux importantes commandes passées par des acheteurs argentins depuis le début de la semaine, cela relativise la portée des éventuelles sanctions de la Chine », ajoute-t-il. « Le marché ne prend pas à la légère la menace de Pékin de taxer les importations de soja américain à hauteur de 25 %, mais se dit sans doute qu'il faudra de toute façon bien que les Chinois s'approvisionnent quelque part », explique le spécialiste. « La production américaine trouvera sa place, en Chine ou ailleurs, d'autant plus que la récolte en Argentine est fortement réduite cette année » à cause de la sécheresse.

Les commandes de blé ont en revanche nettement déçu : quelque 120 000 tonnes de la campagne 2017/2018 et 68 000 tonnes de la campagne 2018/2019 ont été vendues, soit en dessous des plus basses estimations (respectivement 150 000 tonnes et 100 000 tonnes).

Arrivée de pluies pour les cultures du blé

Les conditions météorologiques sont parallèlement devenues un peu plus favorables aux récoltes de blé, ce qui participe aussi au repli de son prix selon Jason Britt. Dans la zone où est cultivé le blé d'hiver, particulièrement affectée par la sécheresse depuis l'automne, « l'arrivée prévue de précipitations pourrait permettre de limiter les dégâts », remarque le spécialiste. Plus au nord, où le froid a nettement freiné ces dernières semaines le début de la saison des semis, « les températures devraient rester plus tolérables encore deux jours », ajoute-t-il.

Les cours du maïs de leur côté « tentent de se stabiliser après deux séances de baisse », selon Jason Britt. Les ventes de la céréale sont pourtant ressorties en dessous des prévisions, les commandes s'élevant à 840 000 tonnes pour la campagne 2017/2018 et 56 000 tonnes de la campagne 2018/2019 (contre respectivement des prévisions comprises entre 900 000 à 1,4 million de tonnes et 0 à 300 000 tonnes).

Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en mai, le contrat le plus actif, a terminé jeudi à 3,8875 dollars contre 3,8700 dollars la veille. Le boisseau de blé pour mai, le contrat le plus échangé, a fini à 4,8100 dollars contre 4,8725 dollars à la précédente clôture. Le boisseau de soja pour la même échéance, également le contrat le plus échangé, a clôturé à 10,6075 dollars contre 10,4775 dollars mercredi.

Pour surveiller les évolutions des cours des matières premières agricoles, connectez-vous sur Les marchés agricoles de Terre-net.fr


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous