Chicago Le soja profite des signes d'une demande vigoureuse

Afp

CHICAGO, 25 fév 2014 (AFP) - Les cours du soja ont encore progressé mardi à Chicago, dopés par des signes d'une demande toujours forte en oléagineux américain, les cours du maïs s'appréciant dans leur sillage. Le blé s'est stabilisé.

Contre toute attente, l'USDA, le ministère américain de l'Agriculture a fait part mardi d'une commande de quelque 568.000 tonnes de soja américain de la campagne 2013/2014, « ce qui a surpris les opérateurs et nettement aidé les prix de l'oléagineux à s'apprécier », a expliqué Dax Wedemeyer, de US Commodities. En effet, chaque année en cette saison, alors que la moisson de soja bat son plein en Amérique latine, mettant à disposition sur le marché une offre abondante et abordable en oléagineux, la demande mondiale a basculé vers cette région et a provoqué l'annulation de commandes de soja américain. Mais « depuis environ un mois, ces attentes d'annulation ne se sont pas réalisées dans les faits, ce qui a nettement soutenu les prix du soja aux Etats-Unis », a poursuivi Dax Wedemeyer. « Cela prouve en effet que les prix américains ne sont pas encore assez chers pour décourager les acheteurs et qu'il y a encore de la marge pour qu'ils progressent ».

Selon les investisseurs, l'attractivité des produits agricoles en provenance d'Amérique latine souffre des problèmes logistiques rencontrés dans les ports pour exporter les cargaisons vers le marché mondial. Dernier problème en date, « un chargeur de navires du deuxième port brésilien, Rio Grande, vient d'annoncer qu'il devrait probablement suspendre ses activités pour deux semaines à la suite d'un accident », a souligné Paul Georgy, de la maison de courtage Allendale.

En outre, en raison de températures trop élevées en janvier, et de pluies trop abondantes plus récemment, « les opérateurs estiment que la production de soja brésilienne pourrait avoir déjà atteint son pic cette année », plus tôt que prévu, « et ne plus progresser pour cette campagne, ce qui tend aussi à faire monter les prix », a estimé Dax Wedemeyer.

Les cours du blé ont quant à eux limité leur progression et se sont stabilisés peu après l'annonce dans la matinée de l'annulation d'une commande de l'Egypte de 110.000 tonnes de blé rouge tendre d'hiver de la campagne 2013/2014. Dopés notamment par des craintes liés à l'impact de vagues de froid successives aux Etats-Unis depuis le début de l'année sur la culture du blé rouge d'hiver, et sur des conditions trop sèches dans certaines régions pour une maturation optimale, les prix du blé se sont appréciés d'environ 11 % depuis la fin janvier, devenant moins compétitifs sur le marché mondial.

Le maïs a pour sa part gagné du terrain, « tiré par la hausse du soja » en l'absence de nouvelles importantes mardi sur cette céréale, a précisé Dax Wedemeyer, selon qui ses prix se rapprochent cependant d'un seuil technique important et devraient se stabiliser.

Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en mai, désormais le plus échangé, a terminé mardi à 4,6125 dollars contre 4,5775 dollars lundi. Le boisseau de blé pour la même échéance s'est établi à 6,1800 dollars contre 6,1700 dollars à la précédente clôture. Le boisseau de soja également pour livraison en mai a clôturé à 13,8725 dollars contre 13,7500 dollars. 


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous