Chicago hebdo Le soja progresse avec le temps sec en Argentine

AFP

Le cours du soja a progressé cette semaine à Chicago, aidé par les conditions climatiques sèches en Argentine et malgré un rapport hebdomadaire plutôt décevant sur les exportations américaines, tandis que le blé et le maïs ont reculé.

Bateau exportation bléLes prévisions annuelles de l'USDA ont fait état vendredi d'une petite hausse des surfaces de blé aux États-Unis cette année à 46,6 millions d'acres. (©Terre-net Média)

« Les cours du soja continuent d'être influencés par la météo en Argentine », a noté Dewey Strickler de Ag Watch Market Advisors. Des pluies tombées le week-end dernier sur le territoire ont été jugées décevantes après coup par la plupart des analystes, et le temps sec continue à peser sur les anticipations de récoltes dans le pays. « Des spéculations montent sur le fait que les récoltes argentines pourraient tomber à 46 ou 47 millions de tonnes en comparaison avec les estimations de 54 millions de tonnes de l'USDA », le département américain de l'agriculture, a observé M. Strickler. Le cours de l'oléagineux a continué à avancer vendredi malgré la publication des chiffres des exportations hebdomadaires américaines, jugées « décevantes » par la maison de courtage Allendale tant sur les exportations de soja que de tourteaux de soja.

Les cours du maïs ont quant à eux reculé cette semaine, perdant un peu de terrain après être montés mi-février à son plus haut niveau depuis l'été dernier, poussé par des exportations américaines en très grande forme. Le dernier rapport hebdomadaire publié vendredi a toutefois fait état d'une baisse de 12 % des ventes à l'étranger par rapport à la moyenne des quatre semaines précédentes. Mais celles-ci demeurent très élevées. « Les sept dernières semaines représentent un record incroyable de 428 millions de boisseaux » vendus à l'étranger, a tweeté la maison de courtage Allendale après la publication des chiffres hebdomadaires de l'USDA. « Elles ont encore du chemin à parcourir avant d'atteindre les projections annuelles de l'USDA », a tempéré M. Strickler.

Le déficit pluviométrique dans de nombreuses zones affecte la production de blé

Les cours du blé ont également baissé alors que les conditions météo dans les zones de production du blé d'hiver ont offert en début de semaine davantage d'humidité. Les cours de la céréale ont ensuite pris le chemin inverse, les courtiers notant que de nombreuses zones manquaient toujours de pluie. Par ailleurs, des prévisions annuelles de l'USDA ont fait état vendredi d'une petite hausse des surfaces de blé aux États-Unis cette année à 46,6 millions d'acres, selon la société CHS Hedging. « Nous allons surveiller la météo dans la région des Plaines du sud pour déterminer ensuite si une révision doit être apportée à ces anticipations », a estimé Allendale.

Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en mai, le contrat le plus actif, a terminé vendredi à 3,7450 dollars contre 3,7500 dollars vendredi dernier à la clôture (- 0,13 %). Le boisseau de blé pour mai, également le contrat le plus échangé, a fini à 4,6425 dollars contre 4,7150 dollars la semaine dernière (- 1,54 %). Le boisseau de soja pour mai, contrat le plus actif, a clôturé à 10,4750 dollars contre 10,3250 dollars vendredi dernier (+ 1,45 %). Il évolue au plus haut niveau depuis mars 2017.

Pour surveiller les évolutions des cours des matières premières agricoles, connectez-vous sur Les marchés agricoles de Terre-net.fr


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous