Chicago hebdo Le soja se remet doucement des menaces chinoises

AFP

Le cours du soja coté à Chicago a peiné à se remettre en fin de semaine des menaces de sanctions chinoises contre l'oléagineux américain, bien que ces annonces puissent difficilement peser, du moins à court terme. Le blé et le maïs ont avancé.

Culture de sojaLe cours du soja a perdu 2,19 % mercredi après avoir chuté d'environ 5 % en séance et s'est un peu repris au cours des deux séances suivantes. (©Terre-net Média)

« Le cours du soja se remet petit à petit de la réaction épidermique qu'il a connue à l'annonce de potentielles sanctions par la Chine sur le soja américain » mercredi, a expliqué Jack Scoville de Price Futures Group. En réponse à la publication, mardi, par l'administration Trump d'une liste provisoire de produits importés de Chine susceptibles d'être soumis à de nouveaux droits de douane, Pékin a répliqué avec sa propre liste visant des importations du même montant annuel, 50 milliards de dollars, et comprenant des mesures sur le soja américain.

Le cours a ainsi perdu 2,19 % mercredi après avoir chuté d'environ 5 % en séance et s'est un peu repris au cours des deux séances suivantes. « Si ces sanctions devaient finalement entrer en vigueur, rien ne sera décidé avant 60 à 90 jours au minimum », a expliqué Jack Scoville pour justifier la relative accalmie sur le prix. Les menaces de tensions sino-américaines sont malgré tout à nouveau montées d'un cran jeudi et vendredi lorsque Donald Trump a menacé de taxer les importations chinoises à hauteur de 100 milliards de dollars supplémentaires, Pékin ayant répliqué vendredi en affirmant être prêt « à aller jusqu'au bout, quel qu'en soit le prix ».

Le blé a quant à lui progressé, toujours affecté par la sécheresse aux Etats-Unis. Le cours a été soutenu par le dernier indicateur de sécheresse aux Etats-Unis ("Drought monitor"), affirmant jeudi que 25,59 % du Kansas, région qui produit du blé d'hiver, se trouvait en sécheresse extrême, en hausse de près de 5 % sur une semaine.

Sécheresse et froid aux Etats-Unis

Le froid affecte aussi les régions productrices de la céréale alors que « les températures cette nuit devraient évoluer dans les environs de - 12 degrés au Kansas et de - 6 en Oklahoma après avoir évolué autour des 20 degrés (jeudi), suscitant des inquiétudes sur de possibles dommages sur le blé », a affirmé la société CHS Hedging. Le temps très froid qui sévit actuellement, inhabituel pour un mois d'avril, affecte de très nombreux fermiers du Midwest, a observé Jack Scoville.

Le maïs a, quant à lui, un peu avancé, porté par un rapport hebdomadaire sur les ventes américaines à l'étranger réalisé par le ministère américain de l'agriculture (USDA) jeudi, pour la semaine s'achevant le 29 mars. « Bien qu'elles se soient avérées inférieures aux estimations, les ventes se sont affichées au plus haut depuis quatre ans sur cette semaine spécifique », a indiqué la maison de courtage Allendale. La semaine prochaine sera marquée par la publication mardi du traditionnel rapport mensuel sur l'offre et la demande de produits agricoles dans le monde par l'USDA.

Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en mai, le contrat le plus actif, a terminé vendredi à 3,8850 dollars contre 3,8775 dollars jeudi dernier à la clôture, les marchés étant fermés vendredi. Le boisseau de blé pour mai, le contrat le plus échangé, a fini la semaine à 4,7225 dollars contre 4,5100 dollars jeudi dernier. Le boisseau de soja pour la même échéance, également le contrat le plus échangé, a clôturé à 10,3375 dollars contre 10,4475 dollars jeudi.

Pour surveiller les évolutions des cours des matières premières agricoles, connectez-vous sur Les marchés agricoles de Terre-net.fr


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous