Euronext Les céréales continuent à flamber, soutenues par la demande et les taxes russes

AFP

Les cours des céréales atteignaient mardi de nouveaux records pour les échéances concernées, dopées par la demande persistante et la mise en place de taxes à l'exportation par la Russie.

Vers 13h00 (12h00 GMT) sur Euronext, la tonne de blé tendre progressait encore de 3,75 euros, aussi bien sur l'échéance rapprochée de mars à 239,50 euros, que sur celle de mai à 235,25 euros, pour près de 35 000 lots échangés.

Sur les échéances plus lointaines de la prochaine campagne, les prix étaient également orientés à la hausse, mais de façon beaucoup plus modeste.

La tonne de maïs progressait elle aussi fortement, de 3,25 euros sur l'échéance de mars à 220,25 euros, et de 3,75 euros sur l'échéance de juin à 218 euros, pour près de 1 800 lots échangés.

Malgré ces prix très élevés, l'Algérie a lancé lundi soir un appel d'offres pour des chargements en février.

Un mouvement qui peut s'expliquer par le volume « relativement faible » de blés achetés lors son précédent appel d'offres, qui s'élevait à 300 000 tonnes, a rappelé le cabinet Agritel dans une note.

« La demande chinoise est également un élément clé dans la construction des cours mondiaux avec, sur l'année civile 2020, des importations de 11,3 millions de tonnes (Mt) de maïs et de blé à hauteur de 8,38 Mt », a rappelé Agritel, des volumes inhabituels qui s'expliquent notamment par la reconstitution de stocks couplée à celle du cheptel porcin.

Selon les derniers chiffres publiés par Bruxelles, arrêtés au 17 janvier, les exportations ont toutefois marqué le pas, la semaine dernière, a rapporté le cabinet Inter-Courtage dans une note.

Pour le blé tendre, les exportations des pays-membres de l'Union européenne sont ainsi "divisées par deux, à 385 769 tonnes (741987 tonnes la semaine précédente), pour un cumul de près de 14 millions de tonnes (Mt) depuis l'été dernier et le début de la campagne de commercialisation en cours (16,73 Mt l'année dernière à la même période).

La France, malgré sa petite récolte, reste en tête des pays exportateurs, avec en tout 3,9 Mt de blé exportées vers les pays tiers (hors UE), devant la Lituanie, à 2,25 Mt et la Lettonie à 1,83 Mt, deux pays baltes qui ont été de sérieux concurrents ces derniers mois sur la destination fétiche des exportateurs français, l'Algérie.

En matière de destination, cette dernière demeure d'ailleurs le premier débouché des blés européens, à près de 3 Mt (2,91 Mt l'année dernière), devant la Chine, à 1,56 Mt (902 000 tonnes).

Pour surveiller les évolutions des cours des matières premières agricoles, connectez-vous sur Les marchés agricoles de Terre-net.fr


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous