Chicago hebdo Les cours du blé portés par une météo défavorable aux Usa

Afp

Une météo défavorable a fait monter les cours du blé cette semaine à Chicago, quand les prix du soja étaient minés par des signes d'un moindre intérêt des acheteurs étrangers et ceux du maïs par l'espoir de meilleures conditions pour l'ensemencement.

Champ de bléLes cours du blé sont aussi portés par la persistance des craintes sur les marchés russe et ukrainien. (©Terre-net Média)

« La situation est assez frustrante pour les producteurs de blé, on a actuellement la pire des combinaisons possibles pour la récolte d'hiver et de printemps », explique Bill Nelson de Doane Advisory Services. Dans les zones centre et sud de la région des Plaines, où est planté le blé d'hiver, « le temps sec persiste au moment où les semis auraient besoin d'humidité et les prévisions météorologiques anticipent peu de pluies », souligne-t-il. De plus, « il est aussi prévu des températures très chaudes, qui contrasteront fortement avec les températures glaciales qu'on a eu récemment ».

Une tournée d'inspection de la qualité du blé d'hiver dans l'Etat du Kansas cette semaine a d'ailleurs montré que les rendements atteindraient en moyenne 33,2 boisseaux par acre (0,4 hectare), contre 41,8 boisseaux en moyenne sur les cinq dernières années. Parallèlement, « plus au nord, près de la frontière avec le Canada, les semis de printemps sont retardés à cause des pluies trop importantes », faisant craindre des rendements moins élevés, indique Bill Nelson.

Les cours du blé sont aussi portés par la persistance des craintes sur les marchés russe et ukrainien, importants exportateurs de la céréale. Même si, pour l'instant, l'Ukraine assure que les cargaisons de blé en partance pour l'étranger ne sont pas remises en cause, « les investisseurs se demandent si cela vaut le coup d'acheter certes moins cher mais aussi de prendre le risque que la commande ne soit pas honorée », souligne Bill Nelson. Certains se tournent donc vers du blé en provenance d'autres origines, comme la France ou les Etats-Unis.

Le retard dans les semis de maïs pas inquiétant

Sur le marché du soja, « les cours sont soutenus depuis le début de l'année par le niveau très faible des réserves aux Etats-Unis », rappelle Dewey Strickler de Ag Watch Market Advisors. Mais les chiffres sur les ventes à l'étranger publiés jeudi ont montré que de nombreuses commandes avaient été annulées et les prix en ont fortement pâti. De plus, « la récolte de soja sud-américaine parvient progressivement sur le marché et vient faire concurrence à l'approvisionnement en provenance des Etats-Unis », soulignent les analystes de Commerzbank.

Du côté du maïs, les cours évoluent en fonction de la météo aux Etats-Unis. Or « les prévisions anticipent du temps plus sec au cours des prochains jours sur le sud et le centre de la principale zone de production », indique Bill Nelson. « Avec leurs énormes tracteurs et planteurs, les agriculteurs devraient pouvoir rattraper une grande partie du retard pris jusqu'à présent dans les semis à cause de pluies trop abondantes », ajoute-t-il.

Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en juillet, le plus vendu actuellement, a terminé vendredi à 4,9950 dollars contre 5,1275 dollars il y a une semaine (- 2,58 %). Le boisseau de blé pour la même échéance a clôturé à 7,1600 dollars contre 7,0825 dollars vendredi dernier (+ 1,09 %). Le boisseau de soja également pour livraison en juillet s'est établi à 14,7075 dollars contre 14,9425 dollars la semaine dernière (- 1,57 %). 

Pour surveiller les évolutions des cours des matières premières agricoles, connectez-vous sur :

Observatoire des marchés de Terre-net.fr


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous