Chicago Les cours du maïs soutenus par des ventes solides

AFP

Les cours du maïs ont progressé jeudi à Chicago à la faveur de ventes solides à l'étranger et de la persistance de pluies ralentissant les moissons aux États-Unis. Les cours du blé ont aussi avancé tandis que ceux du soja ont reculé.

Selon un rapport hebdomadaire, les agriculteurs américains ont écoulé, lors de la semaine se terminant le 27 septembre, 1,4 million de tonnes de maïs auprès d'acheteurs étrangers, soit en haut de la fourchette des anticipations des analystes (entre 1 et 1,6 million).

Les commandes de soja ont, elles, dépassé les attentes, les producteurs américains vendant pour 1,52 million de tonnes là où les analystes attendaient entre 900 000 tonnes et 1,5 million.

Ces chiffres solides sur les exportations, combinés aux averses qui devraient continuer à ralentir les moissons dans le centre du pays, sont des éléments propices à faire monter les prix de l'oléagineux. Mais « la récolte est abondante » aux États-Unis et « les tensions commerciales avec la Chine persistent », a souligné Steve Hyde de CHS Hedging. Pékin, qui achetait encore l'an dernier près d'un tiers de la production américaine de soja, impose depuis juillet une taxe élevée sur son importation en riposte à des mesures similaires mises en oeuvre par Washington. De quoi inciter les acheteurs chinois à se tourner vers d'autres sources d'approvisionnement. Et les tensions entre Washington et Pékin ne semblaient pas prêtes à s'apaiser de façon imminente : le vice-président américain, Mike Pence, a énoncé jeudi le réquisitoire le plus dur contre la Chine depuis l'arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche, accusant notamment Pékin de vouloir influencer l'opinion publique américaine et les élections législatives de novembre.

Du côté du blé, environ 435 000 tonnes ont été commandées par des acheteurs étrangers, ce qui reste dans la fourchette des 250 000 à 550 000 tonnes prévue par les analystes.

Toutefois, « on devrait commencer à voir les ventes de blé augmenter beaucoup plus », a estimé Steve Georgy, de la maison de courtage Allendale. Surtout si la Russie, premier exportateur mondial de blé, commence à rencontrer des problèmes de qualité. Les autorités russes ont effet annoncé mardi soir la possible fermeture de grands sites d'expédition de blé en raison de problèmes sanitaires. Elles ont toutefois nuancé leur propos par la suite, indiquant attendre des résultats d'analyses avant de prendre une décision.

Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en décembre, contrat le plus échangé, a terminé jeudi à 3,6750 dollars, contre 3,6475 dollars mercredi (+ 0,75 %). Le boisseau de blé pour décembre a fini à 5,1800 dollars, contre 5,1525 dollars la veille (+ 0,53 %). Le boisseau de soja pour novembre, également le contrat le plus échangé, a clôturé à 8,5925 dollars, contre 8,6150 dollars mercredi soir (- 0,26 %).

Pour surveiller les évolutions des cours des matières premières agricoles, connectez-vous sur Les marchés agricoles de Terre-net.fr


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous