Chicago Les prix du blé, du maïs et du soja progressent encore

Afp

Chicago, 29 avr 2014 (AFP) - Le blé et le maïs se sont encore appréciés à Chicago mardi, dopés par la météo aux Etats-Unis, le blé souffrant d'un déficit hydrique dans l'Ouest et le maïs de l'abondance des pluies dans l'Est.

Les prix du soja ont aussi progressé. Les investisseurs digéraient notamment l'annonce lundi soir par le ministère de l'Agriculture américain, l'Usda, d'un nouveau retard dans les semis de maïs. L'ensemencement du maïs n'a été effectué qu'à 19 % des terres à cultiver, contre une moyenne de 28 % à la même époque, et 6 % la semaine dernière. « C'est en grande partie dû à l'excès de précipitations tombées à l'est de la Corn Belt au cours des derniers jours », a expliqué Dewey Strickler, de Ag Watch Market Advisors. Trop de pluies gêne l'avancée des tracteurs et des délais trop importants dans l'avancée des semis font craindre des rendements moindres sur l'ensemble de la production. « Le marché se souvient de la rapidité de l'ensemencement l'année dernière après un retard comparable, mais on attend de voir ce qui va se passer cette semaine » avant de se rassurer, a continué Dewey Strickler. Selon Steve Georgy, de la maison de courtage Allendale, « les progrès devraient être limités cette semaine en raison de prévisions pluvieuses jusqu'à jeudi sur le Midwest ».

A l'inverse, un déficit hydrique persistant menaçait la récolte de blé d'hiver plus à l'ouest du pays, dans les régions productrices de blé (Kansas, Oklahoma et Texas notamment). « Il y a eu quelques pluies dans la région mais les précipitations ont manqué » sur les grosses zones de culture, a précisé l'expert agricole. Or, « les cultures sont sorties de leur période de dormance et c'est précisément à ce moment-là qu'elles ont besoin d'humidité » pour mûrir, a-t-il ajouté.

Sans surprise, la qualité des plants de blé s'est encore détériorée la semaine dernière, reculant à 33 % de cultures jugées « bonnes à excellentes » contre 34 % la semaine précédente, selon un relevé hebdomadaire de l'Usda paru aussi lundi soir.

Les vives tensions autour de la mer Noire, entre l'Ukraine et la Russie, continuaient par ailleurs à accentuer la hausse des prix. « Certaines grosses banques seraient en train de conseiller à leurs clients [d'acheter du maïs et du blé américain] en raison de problèmes de production et d'exportation potentiels dans la région », a souligné Steve Georgy, d'Allendale.

Quant au soja, « les cargos de graines oléagineuses en provenance d'Amérique du Sud » détournées de leur destination initiale, la Chine, vers les Etats-Unis, « n'ont toujours pas atteint les côtes américaines, or les réserves sont très étroites » aux Etats-Unis, ce qui continue à soutenir les prix, a expliqué Dewey Strickler.

Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en juillet, désormais le plus vendu, a fini à 5,2150 dollars contre 5,1375 dollars lundi. Le boisseau de blé pour la même échéance a clôturé à 7,1650 dollars contre 7,0850 dollars à la précédente clôture. Le boisseau de soja également pour livraison en mai a terminé à 15,1725 dollars conte 15,0000 dollars lundi. 

Pour surveiller les évolutions des cours des matières premières agricoles, connectez-vous sur :

Observatoire des marchés de Terre-net.fr


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous