Coton hebdo Les prix fléchissent un peu à New York en attendant plus de données

AFP

Les prix du coton échangés à New York, quasiment stables toute la semaine en l'absence de nouvelles informations majeures, ont fléchi vendredi après la parution de projections du Comité consultatif international du coton (ICAC).

Selon le rapport mensuel de cet organisme basé à Washington mais représentant plusieurs pays producteurs et consommateurs de coton, les réserves de fin de campagne 2018/2019 devraient se replier de 5 % à 17,6 millions de tonnes. La production chinoise devrait croître de 1 %, le pays remplaçant ainsi l'Inde comme premier producteur mondial, et la consommation devrait rester à 26,8 millions de tonnes. L'ICAC a aussi estimé que « les prix sont sous pression en raison des inquiétudes sur la croissance économique mondiale mais devraient se stabiliser en raison de fondamentaux solides ».

Les acteurs du marché espéraient toutefois avoir cette semaine plus de statistiques à se mettre sous la dent avec la fin de la paralysie partielle des administrations américaines. Mais le temps de rattraper le retard dans la collecte et l'analyse des données après 35 jours en suspens, le ministère de l'agriculture (USDA) n'a publié jeudi qu'un rapport hebdomadaire sur les ventes de produits agricoles américains à l'étranger pour la semaine achevée le 20 décembre. Ce rapport était « étonnamment solide » avec des commandes portant sur 384 900 balles de coton, a commenté Peter Egli de Plexus Cotton. De plus, « 19 pays ont passé des achats » et « des cargaisons ont été expédiées vers 21 destinations », a-t-il ajouté.

Les acheteurs ont visiblement profité de la chute des prix cette semaine là et « dans la mesure où les prix ont encore reculé depuis, on devrait avoir encore plusieurs rapports solides » dans les semaines à venir, a estimé M. Egli. Mais les courtiers en attendent la confirmation, comme la publication le 8 février du prochain rapport mensuel de l'USDA sur l'offre et la demande de produits agricoles dans le monde (Wasde), qui n'a pas été diffusé en janvier. « En l'absence de statistiques (américaines) récentes, le marché tente de deviner les estimations sur la demande des manufactures au niveau mondial, ce qui sera l'élément clé pour les mois à venir », a indiqué M. Egli. « On lit ça et là des rapports sur des stocks de fils importants sur certains marchés et on observe également un ralentissement de la croissance mondiale, ce qui a tempéré l'optimisme qui existait en début de saison », a noté le spécialiste, allant ainsi dans le sens des commentaires de l'ICAC.

Les cours du coton ont par ailleurs peu profité de l'annonce de progrès importants à l'issue de discussions à Washington entre représentants chinois et américains. Alors que Pékin impose depuis l'été 2018 des taxes douanières punitives sur les importations de produits agricoles américains, dont le coton, les doutes persistent sur la capacité des deux parties à nouer rapidement un accord aussi ambitieux que le veut Donald Trump. La livre de coton pour livraison en mars, la plus échangée, a terminé vendredi à 73,64 cents contre 74,13 cents en fin de semaine précédente, en baisse de 0,7 % sur la semaine. L'indice Cotlook A, moyenne quotidienne des cinq prix du coton les plus faibles sur le marché physique dans les ports d'orient, s'affichait pour sa part à 83,70 dollars les 100 livres jeudi, contre 83,00 dollars la semaine précédente (+ 0,8 %).


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Chargement des commentaires


Contenu pour vous