Blé Marché européen en baisse en raison d'une offre abondante

Afp

PARIS, 10 avr 2014 (AFP) - Les cours des céréales européennes étaient en baisse jeudi à la mi-journée, alors que les stocks mondiaux et français de blé ont été revus en hausse, signe d'une offre abondante sur le marché.

Vers 12h30 (10h30 GMT) sur Euronext, la tonne de blé perdait un euro sur l'échéance de mai à 208 euros et 1,50 euro sur celle de novembre à 200 euros. Le volume d'affaire était assez nourri, avec près de 8.000 lots échangés.

A la même heure, le maïs perdait 50 centimes sur l'échéance de juin à 188,25 euros et 50 centimes sur celle d'août à 193 euros. Quelque 350 lots avaient été échangés.

Le stock de blé français pour la fin de campagne 2013/2014 a été revu en hausse de 100.000 tonnes par l'organisme statistique FranceAgriMer mercredi.

Au niveau mondial, les réserves de blé devraient s'établir à près de 187 millions, selon le dernier rapport du ministère américain de l'Agriculture (USDA), qui a rajouté trois millions de tonnes à ses estimations précédentes, en raison d'une baisse de la consommation chinoise.

Les Etats-Unis ont aussi relevé leurs projections pour leur propre stock de 700.000 tonnes, à près de 16 millions, à cause d'une baisse de l'utilisation pour l'alimentation animale.

Les prix du blé restent toutefois soutenus 

L'offre est donc abondante sur le marché européen, d'autant qu'il n'y a pour l'instant « aucun problème climatique. Les ports sont bien chargés en blé. Donc le marché s'effrite », analyse Edward de Saint-Denis, de la société de courtage Plantureux et Associés.

Les prix du blé restent toutefois soutenus par « les prévisions météo sèches et ensoleillées en France jusqu'à la fin de semaine prochaine », souligne Arnaud Saulais de Starsupply Renewables.

Le blé français devrait aussi bénéficier d'un appel d'offres de l'Algérie.

Au niveau mondial, « la situation devra être observée sur les huit principaux pays exportateurs, avec en premier lieu la situation sur la mer Noire et l'impact du déficit hydrique sur l'hémisphère Nord », estime Agritel dans une note.

En maïs, les stocks mondiaux ont été « révisés à la baisse mais restent confortables. Toutefois la situation en Ukraine et les retards de semis aux Etats-Unis resteront à surveiller », estime le cabinet Agritel dans une note.

En France, sur le marché physique, les prix du blé et du maïs étaient en baisse.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous