Comparatif sur le marché mondial du blé Médaille d’argent pour la filière céréalière française

Terre-net Média

Comparée à ses principaux concurrents mondiaux sur six grands critères tels que le potentiel de production, la stabilité des débouchés et leur potentiel de développement ou encore l’environnement macroéconomique du pays, la filière céréalière française se classe à la deuxième place du classement établi par le cabinet Agrex Consulting.

Pour la campagne 2015-2016, qui a servi de référence pour l'étude sur la compétitivité menée pour Franceagrimer, la filière céréalière française a profité de rendements et d’exportations en croissance. Pour la campagne 2015-2016, qui a servi de référence pour l'étude sur la compétitivité menée pour Franceagrimer, la filière céréalière française a profité de rendements et d’exportations en croissance. (©Terre-net Média)

Pour Franceagrimer, le cabinet Agrex Consulting a publié les résultats d’une veille internationale des filières céréalières des principaux pays producteurs portant sur la campagne de commercialisation 2015-2016, en fonction de la disponibilité des données pour l’ensemble des pays suivis.

Selon cette veille, la filière céréalière française se classe en deuxième position derrière la Russie et devant l’Australie, l’Allemagne, les États-Unis et le Canada. L’Ukraine n’arrive qu’en septième position.

Six grands domaines ont été décortiqués pour ce classement : le potentiel de production, les facteurs agro-climatiques, le potentiel pour conquérir les marchés, le portefeuille des marchés et l’équilibre des flux, l’environnement politique et réglementaire (soutien à la production, organisation de la filière), l’environnement macroéconomique.

« La filière française a bénéficié en 2015/16 de conditions agro-climatiques favorables, d’un environnement politique et réglementaire adapté, d’un vaste marché intérieur, de rendements et d’exportations en croissance », commente Franceagrimer. « Pour sa part, la Russie, devenue le premier exportateur mondial, a profité de la faiblesse du rouble, de volumes de production, surfaces et rendements en croissance, de coûts de production faibles et de partenaires diversifiés. Ses points faibles restent son climat peu favorable, l’insuffisance des infrastructures de transport et un contexte politique et économique à risque. »

Cette étude vise à « effectuer le suivi des principaux facteurs influençant la compétitivité des concurrents de la France sur le marché mondial du blé tendre, de classer les pays compétiteurs et de définir les forces et faiblesses de chacun d’entre eux, et enfin d’identifier les évolutions des principaux marchés importateurs à l’échelle mondiale. »

Pour surveiller les évolutions des cours des matières premières agricoles, connectez-vous sur Les marchés agricoles de Terre-net.fr


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous