Blé Recul des exportations françaises, en particulier vers l'Algérie

Afp

Les exportations de blé français sont en recul par rapport à l'an dernier, en particulier vers l'Algérie, normalement premier client de la France. La mauvaise qualité du blé récolté cet été en est la raison principale. Explications de FranceAgriMer.

BléFranceAgriMer estime que la France devrait pouvoir exporter environ 16,5 millions de tonnes de blé sur l'ensemble de la campagne, contre plus de 19 millions l'an dernier. (©Terre-net Média)A ce jour, « 3,6 millions de tonnes de blé français ont été embarquées soit 9 % de moins que l'an dernier à date équivalente », a déclaré mercredi Olivia Le Lamer, chef de l'unité "grandes cultures" de FranceAgriMer.

La rédaction reviendra prochainement sur le Conseil FranceAgriMer de ce jour.

Trois mois après le début de la commercialisation de la récolte 2014/2015, FranceAgriMer estime que la France devrait pouvoir exporter environ 16,5 millions de tonnes de blé sur l'ensemble de la campagne, contre plus de 19 millions l'an dernier.

Une grande partie de la récolte de blé a été dégradée par le froid et les intempéries de l'été, avec comme conséquences moins de blé meunier (pour le pain) et beaucoup plus de blé fourrager pour les animaux, payé beaucoup moins cher.

La France, traditionnellement 1er exportateur de l'Union européenne, n'est pour l'instant qu'en 2e position derrière la Roumanie, qui totalise 31 % des ventes en direction des pays hors UE. La France représente 25 %.

Surtout, seulement 1,3 million de tonnes de blé français ont pour l'instant été expédiées en Algérie, contre 2,2 millions à la même époque l'an dernier. L'Algérie est très exigeante sur la qualité du blé qu'elle achète pour faire du pain et a choisi cette année d'acheter davantage de blé allemand et polonais.

En revanche, grâce à des prix très compétitifs, la France a vendu plus de 800.000 tonnes de blé à l'Egypte, contre zéro l'an dernier à la même date.

Des clients « inhabituels » ont aussi acheté du blé français : la Thaïlande (40.000 tonnes), la Corée du Sud (95.000 tonnes) et les Etats-Unis (45.000 tonnes), « probablement pour un usage fourrager dans l'alimentation animale », a expliqué Olivia Le Lamer.

Pour les Etats-Unis, grands exportateurs de blé, il s'agit d'un fait « rarissime », selon elle.

Malgré cela, le stock de blé reste extrêmement important pour l'instant : 4,5 millions de tonnes contre 2,3 l'an dernier.

Pour surveiller les évolutions des cours des matières premières agricoles, connectez-vous sur :

Observatoire des marchés de Terre-net.fr


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous