Chicago hebdo Soja et maïs portés par l'espoir d'un apaisement avec Pékin

AFP

Les cours du maïs et du soja cotés à Chicago ont largement profité cette semaine de la trêve commerciale scellée entre les États-Unis et la Chine, tandis que ceux du blé ont bénéficié de bons chiffres sur les ventes à l'étranger.

plantules de sojaEn raison de l'épidémie de fièvre porcine africaine, les importations chinoises de soja et tourteaux de soja pourraient diminuer.  (©Terre-net Média) 

Lors d'un dîner en marge du G20 à Buenos Aires le 1er novembre, les présidents américain Donald Trump et chinois Xi Jinping sont convenus de plusieurs mesures, dont certaines concernent les produits agricoles. La perspective de voir Pékin passer rapidement des commandes de maïs ou de soja, et même peut-être d'abaisser les taxes élevées sur l'importation de certaines denrées agricoles en provenance des États-Unis, a fait bondir les prix en début de semaine.

L'enthousiasme s'est toutefois un peu tassé alors qu'aucun détail n'a émergé sur l'ampleur ou le calendrier de ces mesures. « On aurait pu s'attendre à l'annonce ponctuelle de commandes de maïs ou de soja, comme le fait parfois le ministère américain de l'agriculture (USDA) », a souligné Bill Nelson de Doane Advisory Services. « Mais on les attend encore », a-t-il ajouté. De plus, a rappelé Dewey Strickler de Ag Watch Market Advisors, la Chine a d'une part déjà « d'énormes réserves de maïs », ce qui signifie que toute commande éventuelle « n'aurait pas un impact significatif sur les exportations agricoles américaines ». Par ailleurs, « l'épidémie de fièvre porcine africaine a nettement affecté les élevages de porcs en Chine, ce qui signifie que leurs importations de soja et de tourteaux de soja pourraient être limitées », a-t-il ajouté.

Sans compter le fait que la récolte brésilienne de soja s'annonce particulièrement abondante cette année. « Depuis 2016, leur part de marché dans les exportations mondiales est passée de 42,2 à 49,5 % quand celle des États-Unis reculait de 39,9 à 33,2 % », a souligné M. Strickler. « Même si la trêve commerciale peut permettre un certain retour de balancier en faveur des États-Unis, on ne va pas regagner les parts de marché perdues », a-t-il estimé. Le locataire de la Maison Blanche a toutefois ravivé l'espoir vendredi en affirmant dans un tweet que les discussions commerciales avec la Chine « se (passaient) très bien ».

Importance croissante du Brésil

Les cours du blé américain de leur côté n'ont pas autant profité des avancées dans les négociations entre Pékin et Washington dans la mesure où la Chine en achète peu habituellement. Mais ils ont largement bénéficié vendredi de l'annonce ponctuelle d'une commande de 224 000 tonnes de blé dur rouge d'hiver et d'un rapport hebdomadaire faisant état de ventes à l'étranger totalisant 711 800 tonnes lors de la semaine se terminant le 29 novembre, soit au-dessus des prévisions (300 000 à 600 000 tonnes). De quoi rasséréner un peu les acteurs du marché qui s'alarment régulièrement de voir le blé américain ne pas être aussi attractif sur le marché mondial que les blés de la mer Noire. Autre élément positif pour le blé américain : les prévisions sur la récolte de blé en Australie, autre grand pays exportateur, ont été révisées en baisse.

La semaine prochaine, les acteurs du marché surveilleront particulièrement la diffusion, mardi, du rapport mensuel de l'USDA sur l'offre et la demande de produits agricoles dans le monde (Wasde). « Le rapport de décembre n'est habituellement pas le plus important mais vu les circonstances exceptionnelles liées au conflit commercial entre la Chine et les États-Unis, on va scruter les prévisions sur les exportations de soja américain et sur l'importance de la récolte au Brésil », a avancé Bill Nelson.

Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en mars, contrat le plus échangé, a terminé vendredi à 3,8550 dollars contre 3,7775 dollars en fin de semaine dernière à la clôture (+ 2,05 %). Le boisseau de blé pour mars, également le plus échangé, a fini à 5,3125 dollars contre 5,1575 dollars vendredi dernier (+  3,01%). Le boisseau de soja pour janvier, contrat le plus échangé, a clôturé à 9,1675 dollars contre 8,9475 dollars il y a une semaine (+ 2,46 %).

Pour surveiller les évolutions des cours des matières premières agricoles, connectez-vous sur Les marchés agricoles de Terre-net.fr


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous