Chicago hebdo Une forte demande porte les prix du maïs, du soja et du blé

Afp

Les cours du soja, du maïs et du blé se sont appréciés cette semaine à Chicago, portés par une bonne demande et des craintes sur l'offre dans le cas du soja, dans un marché prudent avant des rapports très attendus lundi.

Aire de stockage de maïsLe marché s'attend à ce que les producteurs revoient à la baisse leurs intentions de semis de maïs, ce qui aide les prix de la céréale. (©Terre-net Média.)

« Le marché est un peu particulier » en ce moment, a relevé d'emblée Frank Cholly, de Rjo Futures. « Tout le monde se positionne avant la parution de deux rapports officiels majeurs ». Le ministère américain de l'Agriculture (Usda) doit faire part lundi de ses chiffres trimestriels sur le niveau des réserves de produits agricoles aux Etats-Unis au 1er mars et sur les intentions des agriculteurs sur les superficies qu'ils souhaitent réserver à chaque céréale. Le marché « s'attend notamment à ce que les producteurs revoient à la baisse leurs intentions de semis de maïs, ce qui aide les prix de la céréale », en laissant anticiper une offre moindre, a expliqué Dewey Strickler, de Ag Watch Market Advisors.

D'autre part, les investisseurs digéraient la parution jeudi de chiffres très encourageants de l'Usda sur la demande en maïs. Les ventes de maïs issues de la campagne 2013/2014 sont ressorties bien supérieures aux attentes du marché, avec plus de 1,4 million de tonnes, soit pratiquement le double de la semaine précédente. En dépit de quelques accès de faiblesse, en raison de l'arrivée de conditions météorologiques plus favorables dans le sud de la "Wheat Belt", la grande région productrice de blé au centre des Etats-Unis, la céréale finissait la semaine sur une note positive.

Hausse du blé en raison de la crise ukrainienne

Après un hiver particulièrement rigoureux et sec, des prévisions de pluies laissaient anticiper une amélioration des rendements de blé d'hiver, a noté Frank Cholly. Mais jusqu'à leur récolte, aux environs du mois de mai, « il sera difficile d'évaluer les dégâts subis et les investisseurs restent prudents », a-t-il ajouté. La tendance haussière portant le blé trouvait avant tout ses origines, selon les experts, dans la persistance de fortes tensions autour de l'Ukraine et de la péninsule de Crimée, dont le rattachement ce mois-ci à la Russie restait très contesté. L'Ukraine est le troisième exportateur mondial de maïs et le sixième exportateur mondial de blé.

Les cours du soja poursuivaient de leur côté leur progression alors que le rapport trimestriel sur les stocks de l'Usda « risque de montrer que les réserves sont un peu plus étroites encore que prévu », a souligné Dewey Strickler. Malgré des annulations récentes de commandes, « les réserves d'oléagineux de la dernière campagne sont à des niveaux très bas », a renchéri Frank Cholly. « Les commandes dépassent déjà de 15 % le volume prévu pour cette époque de l'année. Il faudrait encore beaucoup d'annulations » pour que la situation se normalise, a-t-il estimé.

Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en mai, le plus vendu, a fini vendredi à 4,9200 dollars contre 4,7900 dollars en fin de semaine dernière (+ 2,7 %). Le boisseau de blé pour la même échéance a terminé à 6,9550 dollars contre 6,9325 dollars vendredi dernier (+ 0,3 %). Le boisseau de soja également pour livraison en mai a clôturé à 14,3650 dollars, contre 14,0875 dollars il y a une semaine (+ 2 %). 

Pour surveiller les évolutions des cours des matières premières agricoles, connectez-vous sur :

Observatoire des marchés de Terre-net.fr


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous