Arracheuse à betteraves Grimme Rexor 930 : attention, ça arrache !

Terre-net Média

Grimme a présenté aux visiteurs de Betteravenir la dernière-née de la collection « arracheuse intégrale », la Rexor 930, comme 9 rangs 30 t. Moteur Mercedes Benz dernière génération Tier 4 final, trois systèmes d’effeuillage, rayon de braquage de 7,5 m, confort et ergonomie en cabine… Autant de nouveautés qui augmentent encore le débit de chantier.

Rexor 930 au traailL'arracheuse intégrale Grimme Rexor au travail dans l'Oise. (©Terre-net Média)

À l’occasion du salon Betteravenir 2016, les 26 et 27 octobre derniers à Moyvillers dans l’Oise, Grimme a présenté trois modèles d’arracheuse à betterave intégrale. Fleurons de la gamme, ces machines en ont sous le pied ! Le moteur Mercedez Benz de dernière génération répond aux exigences de la norme Tier 4 final, grâce à la technologie SCR et à l’AdBlue. Au total, 625 ch ruent dans les brancards à l’idée de transporter jusqu’à 30 t de betteraves dans une trémie de 45 m3.

À l’avant, le groupe d’arrachage 9 rangs reçoit, au choix, l’un de ces trois systèmes d’effeuillage :

  • le double rotor sans scalpeur,
  • le rotor simple associé au scalpeur Minimal,
  • le modèle Multi-Combi associé au scalpeur Minimal.

Le constructeur propose deux méthodes pour arracher. La première utilise des roues Oppel, qui bénéficient d’un entraînement hydraulique proportionnel dont la vitesse s’adapte en continu. L’arrachage est plus doux et prélève moins de terre. C’est la technique idéale en conditions humides ! Les roues s’alignent automatiquement de 40 mm à droite ou à gauche grâce au débattement latéral. Résultat : moins de pertes et un meilleur arrachage. Leur durée de vie est allongée notamment grâce à l’acier Hardox qui accroît la résistance aux corps étrangers. L’autre méthode d’arrachage utilise, elle, des socs oscillants. Les six rouleaux de la table de nettoyage travaillent à environ 15 cm du sol et éliminent la terre et les déchets. En conditions difficiles, ils peuvent être renforcés (en option). Un moteur hydraulique les entraîne de chaque côté et une courroie les relie les uns aux autres. En présence de cailloux, la rotation s’inverse automatiquement.

Un rayon de braquage de 7,5 m

Une chaîne transfère la récolte sur les toupies. Elle est suspendue entre les roues, mesure 0,9 m de large et maintient une garde au sol de 0,5 m. Des dimensions qui permettent au constructeur d’annoncer un débit de transfert supérieur de 70 % par rapport au dispositif classique. Les trois turbines poursuivent le nettoyage de la récolte et leur vitesse de rotation s’adapte automatiquement à la charge. La première se règle séparément et les deux autres disposent d’un réglage hydraulique commun. Dans les sols argileux, il est possible de remplacer, en option, leurs spires par des queues de cochon.

À la sortie de la chaîne, un tapis récupère la marchandise et la transporte jusqu’à la trémie. Sur ce modèle, une vis égalise le chargement et répartit jusqu’à 30 t de betteraves, soit 45 m. Malgré la charge, ce monstre respecte les sols et limite leur tassement. L’essieu avant braque de 10 degrés et possède des pneumatiques de dimension 800/70 R38, soit de 2,05 m de diamètre. Autre point fort : l’articulation du châssis. Elle augmente l’angle de braquage de 25 degrés, ce qui, combiné aux essieux arrière directeurs, limite le rayon de braquage à 7,5 m. Grâce à la conduite en crabe, les roues ne passent pas deux fois au même endroit. Les essieux central et arrière se décalent vers la gauche ou la droite et l’arracheuse avance de biais par rapport au rang. Le poids est mieux réparti et la pression au sol s’en trouve réduite.

Transfert des données sur Farmpilot via GSM

Côté technologies, l’engin n’est pas en reste. La fonction Automotive modifie en permanence le régime moteur sans changer celui des organes d’arrachage et de nettoyage. Objectif : optimiser l’utilisation du moteur pour consommer le moins de carburant possible. Une interface GSM transfère les données de la machine vers le portail Farmpilot. L’opérateur reçoit des consignes directement dans la cabine et pendant qu’il travaille, son employeur peut suivre par exemple le niveau de carburant. Lorsque celui atteint le seuil défini, le fournisseur de gasoil est prévenu directement sur son smartphone.

Autre avantage : l’Optiplan basic. Cette fonction permet de saisir le nom de l’agriculteur, de la parcelle ou encore du chauffeur. Il suffit de presser une touche pour commencer l’enregistrement : temps de travail, distance parcourue, surface récolée, consommation de carburant… toutes ces données sont enregistrées automatiquement. Une fois l’arrachage terminé dans une parcelle, il suffit d’éditer ces informations via l’imprimante de la machine.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous