Quand l’agriculteur devient cobaye John Deere souhaite concilier automatisation et attention

Thibaut Guillet Terre-net Média

Les systèmes d’autoguidage et d’automatisme de fourrière ont le vent en poupe. C’est un fait. Mais devons nous leur laisser totalement les commandes ? Quid de l’occupation du chauffeur ? Et de son attention ! Nous avons rencontré les ingénieurs John Deere du centre de recherches et d’innovations de Moline aux Usa, qui planchent sur la question.

eye tracking agricole chez John Deere
L'eye tracking, fortement utilisé en développemnt web et en communication, pourrait devenir un outil de recherches primordial dans la conception des machines agricoles (© Terre-net Média)

Lors de notre dernier voyage de presse avec John Deere, l’une de nos étapes nous a permis de découvrir le centre de recherches et d’innovations situé à Moline, juste à quelques pas du siège mondiale de la marque. L’occasion de partager quelques uns des axes de recherche. A l’instar de cette équipe d’ingénieurs qui travaillent sur l’attention du conducteur de tracteur versus l’automatisation des taches de celui-ci.

Ainsi en réalisant une étude par eye-tracking, c’est à dire en évaluant où se positionne le regard d’un chauffeur, ceci sur un tracteur équipé d’autoguidage tractant un semoir, il résulte les choses suivantes : 

  • seulement 6 % sur l’avant ;
  • 24 % sur le moniteur d’autoguidage ;
  • autant, soit 24 %, sur son Smartphone ;
  • 16 % sur son outil et son travail ;
  • seulement 1 % sur le moniteur relatif au tracteur ;
  • et enfin 28 % sur le reste des commandes.

Des chiffres, certes relevant d’une situation donnée, mais significatifs. Pour un tractoriste, il est ainsi très intéressant de constater que l’interface tracteur – utilisateur doit être des plus intuitives pour permettre à l’utilisateur de survoler le tableau de bord en seulement 1 % du temps. A la nuance près que l’étude ne dit pas si ces 1 % résultent d’une intuitivité de l’interface ou réellement d’un reste de temps !

John Deere étudie l’activité cérébrale de ses chauffeurs

Il est également très intéressant de constater la part d’attention allouée à son Smartphone : 24 %.  Et par conséquent pour le tractoriste, il devient intéressant d’étudier ce que consulte l’utilisateur sur son Smartphone, afin d’étudier éventuellement l’intégration de nouvelles fonctionnalités dans les interfaces tracteurs ou consoles. (météo, mail, cours et marchés…).

Etude cérébrale John Deere
Recherche cobayes, des volontaires ? (© Terre-net Média)

La seconde partie de l’étude, concerne encore le chauffeur, mais cette fois ci sur un aspect cérébral. Parfaitement, vous avez bien compris, John Deere étudie l’activité cérébrale de ses chauffeurs. La raison est simple. Comme le montre l’échelle d’attention allant du rouge au vert, il y a des fluctuations d’attention chez un chauffeur en fonction de son environnement. Et par environnement il faut comprendre degrés d’automatisation des commandes du tracteur. Partant de là, le constructeur travaille au bon équilibre entre un niveau d’attention convenable du chauffeur et le niveau d’automatisation des taches du chauffeur.

Echelle d'attention John deere
Restez dans le jaune et vert ! (© Terre-net Média)

L’histoire ne dit pas si tout le monde a la même faculté d’attention ?


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous