Crise sanitaire Manitou estime la baisse de son chiffre d'affaires à 30 % pour 2020

Terre-net Média

Les prévisions prévoient une baisse du chiffre d'affaires du goupe Manitou de 30 % pour l'année 2020. À mi-parcours, la baisse est de 35 %. L'entreprise a réduit le temps de travail de ses salariés et bénéficie d'aides gouvernementales pour tenter de pérenniser l'entreprise et les emplois. À noter aussi que le conseil d'administration a décidé de ne pas verser les dividendes de 30 millions d'euros comme initialement annoncé.

Le groupe Manitou estime à la perte de chiffre d'affaires à 30 % en 2020.Le groupe Manitou estime la perte de chiffre d'affaires à 30 % en 2020. (©Terre-net Média)

La crise sanitaire du Covid-19 pèse lourd chez Manitou. Le constructeur vient de publier ses chiffres pour le premier semestre 2020 et autant dire que la baisse est conséquente. 35 % de chiffre d'affaires en moins à mi-parcours par rapport au premier semestre 2019. Dès le début de la crise sanitaire, le groupe a rapidement mis en œuvre les mesures sanitaires nécessaires pour protéger ses salariés.

Grâce à l’agilité et la réactivité des collaborateurs, le support clients, le service pièces détachées et l'assistance technique ont été maintenus. Sur le plan industriel, l'activité a progressivement redémarré dès la mi-avril. Les lignes de fabrication des usines françaises et italiennes ont repris du service en y intégrant les protocoles sanitaires stricts. L'arrêt a nécessité du travail de replanification de la production pour pouvoir livrer les commandes les plus urgentes.

Réduction du temps de travail et aides gouvernementales

Le secteur agricole a demandé des expéditions avant la fermeture estivale pour répondre aux exigences de la saisonnalité du métier. Aujourd'hui, le constructeur a adapté son rythme de production, pour répondre aux volumes d'activité des marchés. Sur le plan financier, l'entreprise a aussitôt réduit ses dépenses et ses investissements. Des mesures de réduction du temps de travail, des aides gouvernementales ont permis de protéger au maximum la liquidité et la pérennité du groupe.

Des mesures renforcées par la décision du conseil d’administration de ne pas procéder au versement de 30 millions d'euros de dividende, comme annoncé avant la crise. Le groupe clôt le semestre avec un résultat opérationnel courant de 3,9 % du chiffre d’affaires. Après avoir connu un trou d’air dans les prises de commandes de mi-mars à mi-mai, la remontée fut encourageante en juin.

Le marché agricole reste le plus porteur

Le marché agricole reste le plus porteur, alors que les secteurs de l’industrie et de la construction enregistrent des retraits plus marqués notamment auprès des loueurs dont les perspectives d’activité pour le reste de l’année 2020 et 2021 restent à ce jour dégradées. Fort du rebond de fin de trimestre, le groupe clôt le semestre avec un carnet de commandes de 555 M€, ce qui permet d'estimer la baisse globale de chiffre d'affaires en 2020 à 30 %.

Si le contexte ne se dégrade pas plus, le résultat opérationnel courant devrait être dans la fourchette de 2,7 % à 3,2 %. Selon le groupe, la crise économique aura des répercutions au-delà de 2020. D'ores et déjà, la marque prévoit que son objectif de résultat opérationnel courant supérieur à 8 % du chiffre d’affaires prévu dans le plan "Ambition 2022" ne sera pas atteint à l’horizon initialement ciblé.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous