Pneumatiques agricoles (2/3) Quelle est la bonne pression ?

Terre-net Média

La rédaction vous propose une série d’articles sur la bonne utilisation des pneumatiques agricoles. Dans cette deuxième partie, penchons nous plus particulièrement sur le gonflage et sur les structures de pneus permettant ce changement de pression au champ et sur la route.

Les outils automatique de gestion de la pression de gonflage sont de plus en plus nombreuxLa pression de gonflage est un argument de vente de plus en plus important. (©Terre-net Média)

La pression d’utilisation des pneus agricoles est primordiale pour la rentabilité. Elle influe sur le tassement des sols, la consommation de carburant, l’usure des pneumatiques et le confort de conduite. Elle doit être adaptée à la charge sur l’essieu, à la vitesse d’avancement et au type de travail (avec ou sans effort de traction). Le sous-gonflage crée des dommages irréversibles au niveau des carcasses des pneus, qui s’usent prématurément sur route. Résultat : la résistance à l’avancement et la consommation augmentent.

Sous-gonflé, le pneumatique "rebondit" sur le sol, d’où une usure anormale des épaules et des barrettes (une sur deux seulement est usée). En outre, il y a plus de vibrations et le pneu s’échauffe, ce qui réduit sa durée de vie. Malgré tout, la pression de tassement au sol diminue jusqu’à la pression de gonflage.

S’il est sur-gonflé en revanche, il en résulte un patinage excessif au champ. Sur sol dur et rocailleux, cela provoque une usure prématurée. Sur route, le sur-gonflage engendre des usures rapides et irrégulières des crampons, la surface en contact avec le sol étant trop restreinte. Le sur-gonflage limite la taille de l’empreinte au sol mais accroît la pression. En effet, l’air contenu dans l’enveloppe porte la charge : plus le volume d’air est important, plus la capacité de charge du pneumatique est élevée.

Pour régler la pression d’un pneumatique, il est donc indispensable de connaître le poids qu’il peut accepter, le poids sur chaque essieu étant celui de l’ensemble tracteur-matériel. Il faut également savoir comment le tracteur est utilisé : sur route ou au champ notamment. Cependant, la pression doit aussi être ajustée selon le type de pneumatiques. Avec ceux bénéficiant de la norme technologique VF (Very High Flexion), la pression appliquée ne varie pas avec la vitesse d’avancement. Donc, plus besoin de la modifier entre la route et le champ. Ainsi, le chauffeur peut rester constamment à basse pression. À noter : presque tous les fabricants proposent une application sur smartphone pour adapter au mieux la pression à la charge et à l’usage. Nous reviendrons prochainement dans un dossier sur le télé-gonflage.

Qu’apportent les structures radiales IF, VF et CFO ?

Rien ne ressemble plus à un pneumatique qu’un pneumatique. Pourtant, ce sont des organes plus techniques qu’on pourrait le penser à première vue. Les laboratoires des principales marques cherchent d’ailleurs à développer sans cesse des nouveautés pour satisfaire les clients. Parmi les dernières grandes avancées : les structures radiales renforcées. Les pneus à carcasses IF (Improve Flexion ou flexion améliorée) et VF (Very Improve Flexion ou très grande flexion), souvent à ceinture acier, possèdent un flanc plus souple et plus résistant.

Ces nouvelles conceptions permettent, selon les manufacturiers, d’accroître la capacité de charge (IF) et/ou de baisser la pression de gonflage (VF). Et surtout de ne plus avoir à modifier la pression en fonction de la vitesse. À dimension équivalente, leur empreinte au sol est supérieure, pour plus de traction et une consommation moindre. Grâce à leurs indices de charge plus élevés, il est possible de monter des roues plus étroites sur les pulvérisateurs, sans pour autant pénaliser la stabilité.

Les pneus CFO (Cyclique Field Operation) sont conçus pour accepter une surcharge ponctuelle comme les variations de charge d’une trémie. Attention néanmoins, ces pneus paraissent séduisants, mais ils sont plus chers et nécessitent des jantes spécifiques au niveau des talons. Renseignez-vous auprès d’un distributeur.

Pourquoi des pneus grand volume ou basse pression ?

Les engins agricoles sont toujours plus puissants, lourds et efficaces. Le revers de la médaille : cette course à la puissance tasse et endommage les sols. Pour pallier ces inconvénients, les matériels doivent être équipés de pneumatiques supportant la charge donnée avec une pression de gonflage aussi faible que possible. Tout en garantissant une capacité de charge suffisante pour que la machine puisse avancer sans laisser de traces ou causer d’autres dommages au sol.

Des pneus, dotés d’une vaste surface de contact avec le sol et d’un grand volume d’air, répartissent le poids de la machine sur une zone plus large. En abaissant la pression de contact, ils limitent l’impact sur la structure et le potentiel du sol.

Les équipementiers proposent en général quatre grandes familles de pneumatiques, caractérisées par leurs dimensions : un diamètre identique mais des largeurs différentes, des modèles étroits à très larges, dits "basse pression". Fréquents sur les remorques agricoles et les outils de récolte, ces derniers sont de plus en plus présents sur les tracteurs. Ce type de pneus a la particularité de contenir un volume d’air conséquent, essentiellement grâce à sa largeur supérieure, qui tolère de fortes charges à des pressions modérées et diminue la pression au sol, donc les phénomènes de tassement et d’orniérage.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous