; Rapidité et précision avec le semoir Maschio Gaspardo Chrono 512

Essai semoir Maschio Gaspardo Chrono 512 C. Houard : « Allier vitesse et précision à condition d'y mettre les chevaux ! »

Terre-net Média

Christophe Houard a testé le dernier né des semoirs Maschio Gaspardo, le Chrono 512. Débit de chantier, avantages, inconvénients,... l'agriculteur a l'oeil puisqu'il est déjà propriétaire d'un semoir Manta de la même marque. Découvrez son verdict après une centaine d'hectares semés.

Christophe Houard a testé le semoir Chrono sur une centaine d'hectares de betteraves.Christophe Houard a testé le semoir Chrono sur une centaine d'hectares de betteraves. (©Maschio Gaspardo) 

Christophe Houard est exploitant agricole sur la SCEA Van Isacker à Dompierre-Becquincourt (80). En plus de ses 180 hectares, il cultive une ferme à façon de 160 hectares où il effectue toutes les opérations sur les cultures, du semis à la récolte. Il propose également de la prestation de services aux agriculteurs locaux, tout au long de l’année.

Parmi les prestations proposées, il y a le semis de précision, pour les cultures de betteraves, maïs, haricots et colza, pour un total compris entre 600 et 700 hectares par an. L’agriculteur est déjà équipé en Maschio Gaspardo d’un préparateur Sandokan en 5 m et d'un semoir Manta en 12 rangs. Pour la saison 2022, il essaye un semoir Maschio Gaspardo Chrono 512.

Découvrez l'avis de Christophe Houard sur le semoir Chrono en vidéo :

Un semoir monograine de 12 rangs, transformable en 8

Ce semoir Maschio Gaspardo est un semoir monograine de précision de 12 rangs transformable en 8. Pour 12 rangs, l’écartement est de 45 ou 50 cm, tandis que dans la version 8 rangs, l’écartement peut varier entre 70 et 75 cm. La transformation de 12 à 8 éléments (et inversement) est rapide, car les éléments sont fixés sur une glissière montée sur le châssis. Il dispose également d’une descente de fertilisation repensée, avec un simple disque et une roue de profondeur, qui permet un réglage rapide et précis. C’est un semoir polyvalent, qui peut aussi bien semer des betteraves, du maïs, des haricots, du tournesol, du soja, du colza, ou encore du sorgho. Cela est possible par l’ajustement du flux d’air de transport de la semence en fonction de la taille et du poids des graines, de la profondeur de semis et de la vitesse de travail.

Le Chrono est un semoir conçu pour travailler à grande vitesse, aux environs de 14-15 km/h. Il est repliable en 3 sections pour obtenir une largeur de transport inférieure à 3 mètres. Lors du repliage, les éléments n°3 et 10 se relèvent automatiquement pour éviter d’entrer en contact avec les éléments centraux.

Le semoir Chrono est compatible Isobus. Il permet de gérer la pression de chaque élément au sol, l’entraînement électrique, ainsi que la microgranulation.

Un semoir rapide, précis, mais lourd

Christophe Houard a déjà semé une centaine d’hectares de betteraves avec ce semoir en 2022. Il apprécie particulièrement la précision de la densité de semis. « La densité de semis est tout simplement parfaite. Si on règle le semoir à 120 000 pieds, ce sont 120 000 pieds qui seront semés et pas 121 000 (contrôle au champ à l’appui). En qualité de profondeur de semis, c’est la même chose. Si on demande 2,5 cm de profondeur de semis, les graines sont placées dans le sol exactement à la profondeur demandée, quel que soit le type de sol : crayeux, limon, bief … La qualité de plombage reste sensiblement parfaite, malgré des roues plombeuses en caoutchouc.

Le gros avantage de ce semoir est la vitesse de semis. Aujourd’hui, nous avons testé le semoir à une vitesse de 14 km/h, pas plus car nous sommes limités par la puissance du tracteur utilisé et son débit d’huile. De manière générale, avec un tracteur adapté, que l’on roule à 10, 12, 14 ou 15 km/h, la précision de semis sera toujours parfaite.

En revanche, pour utiliser ce semoir, il faut prévoir un tracteur avec un gros gabarit et un gros empattement. En effet, le semoir pèse environ 4 tonnes, ce qui est très bien pour du travail en non-labour ou en semis direct, mais qui nécessite de mon point de vue au moins 200 chevaux pour avoir la puissance et le débit d’huile pour que le semoir puisse fonctionner correctement.

Globalement, nous sommes très contents de ce semoir, il ne reste plus qu’à voir à la levée, si on a une levée régulière et homogène », conclut l'agriculteur.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous

Terre-net Média