[Tribune] Claydon face au Brexit Simon Revell : « J'espère et je m’attends à peu de changements »

Simon Revell Terre-net Média

Simon Revell, directeur export de Claydon, s'exprime concernant le Brexit et la manière dont un constructeur britannique de taille moyenne prépare les changements à venir. Selon lui, même si modification des règles commerciales il y a, l’entreprise est prête à répondre de manière souple et réactive.

Simon Revell, à gauche de la photo, lors d’une session de formation au siège de Claydon, à Wichambrook, dans le Suffolk, au Nord-Est de l’Angleterre.Simon Revell, à gauche de la photo, lors d’une session de formation au siège de Claydon, à Wichambrook, dans le Suffolk, au nord-est de l’Angleterre. (©Claydon)

« Chez Claydon, nous avons commencé l’année avec un important portefeuille de commandes pour l’export. Malgré les incertitudes liées au Brexit, nous avons sécurisé des commandes pour le système Opti-till auprès de la majorité des marchés sur lesquels nous sommes actifs.

En ce qui concerne nos projets concernant le Brexit qui peut se produire à tout moment, nous sommes prêts à réagir à tout accord conclu, car notre objectif est de développer nos activités d'exportation. Nous sommes une entreprise spécialisée, de taille relativement modeste, qui s'efforce de soutenir ses clients, tant au niveau de l'exploitation agricole que des concessionnaires. Nous veillons à ce que, ceux qui adoptent le système, obtiennent les meilleurs résultats possibles au cours de la première année d'adoption (c'est la clé du succès de nos clients qui reflète le succès et la croissance continue de Claydon). Il existe une réelle empathie envers nos clients exploitants agricoles. En tant que producteur nous-mêmes, nous comprenons parfaitement les problèmes auxquels les agriculteurs d’aujourd’hui doivent faire face.

En tant que petite entreprise, nous sommes flexibles et pouvons sans doute réagir plus rapidement que les grandes entreprises aux problèmes pouvant découler du Brexit. Malheureusement, pour le moment, nous ne savons pas encore ce qui sera nécessaire pour commercer dans l’Union européenne. J'espère et je m’attends à ce que très peu de choses changent. Cependant, si des mesures devaient en découler, nous réagirions afin que le soutien de Claydon ne soit pas différent de ce qu’il est aujourd’hui. Nos conseils, services et pièces de rechange ne faibliront pas et resteront aussi robustes que possible.

En ce qui concerne plus particulièrement la France, nous consolidons notre position sur le marché avec la nomination de Jordan Pirot au poste de chef de territoire. Jordan nous a rejoints en septembre dernier après avoir travaillé pour deux autres fournisseurs importants sur le marché français. Nous augmentons le nombre de rendez-vous chez nos concessionnaires de manière stratégique pour couvrir des zones du centre et du nord de la France. Cela s'est accéléré depuis le Sima, qui a été un succès pour Claydon, à la fois en ce qui concerne les nouvelles demandes des concessionnaires et peut-être plus important encore, de nombreuses demandes des agriculteurs qui semblent très sérieuses.

Je considère la France comme un marché important. Si nos plans se concrétisent pour 2019, nous espérons augmenter notre présence sur le marché en offrant un soutien encore plus important dès 2020. Accompagnant ainsi les besoins des exploitations agricoles pour réduire leurs coûts et améliorer la santé de leurs sols. Ces deux facteurs deviennent primordiaux pour l'avenir de leurs entreprises dès maintenant et particulièrement pour demain, alors que la production alimentaire devient toujours plus compétitive ! »

Simon Revell de nationalité britannique, peut se prévaloir de plus de quarante ans de carrière dans le machinisme agricole. Cet Anglais natif de l'est du pays a démarré en 1976 comme apprenti dans la coopérative agricole d'Ipswich, où il travaillait sur des tracteurs Deutz et Leyland ainsi que sur la maintenance des machines Grimme. Après une quinzaine d'années en tant que représentant commercial, notamment chez le concessionnaire Colchester Tractors, il est repéré par Vicon et devient responsable des ventes sur l'est de l'Angleterre. En 1994, il rejoint le constructeur d'outils de travail de sol Simba dans une fonction analogue puis en devient le directeur export en 2006. Resté à ce poste jusqu'en décembre 2017, il a vécu la cession de son entreprise à Great Plains, puis à Kubota. Il a rejoint Claydon en janvier 2018.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous